MANGA COMICS CITY Forum Index

MANGA COMICS CITY
Tu as une âme de geek ? Alors ce forum est fait pour toi. N'attends plus, viens nous rejoindre.

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Une perle dans un lamellibranche
Goto page: <  1, 2
 
Post new topic   Reply to topic    MANGA COMICS CITY Forum Index -> MANGA COMICS CITY -> Anime & Animation
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Thu 19 Feb - 12:44 (2015)    Post subject: Une perle dans un lamellibranche Reply with quote

Batman The Animated Series
Episode 63
Fire from Olympus
Les Foudres de l'Olympe



"Ainsi, ce n'est plus en tant que maître des airs et du temps qu'il se déplace, mais c'est comme une bête rampante et indigne que le seigneur des ombres s'introduit dans l'Olympe! C'est parce que tu as défié ma colère, faux frère, que tu vas périr..."

Au détour d'une ruelle sombre, un homme assassine un de ses hommes de main, Charles Stavros, qui renseignait le commissaire Gordon sur ses activités.
Il s'appelle Maximilien. Il a la folie des grandeurs. Richissime escroc, à la tête d'un important réseau de navigation, et accessoirement détenteur de l'Ultra-canon à électrons, capable de détruire une ville entière, Maximilien préfère désormais qu'on l'appelle Zeus !
Ne supportant plus cette situation, sa compagne, Clio, veut tout faire pour retrouver celui qu'elle aimait. Elle apporte donc son aide à Batman afin qu'il puisse s'introduire dans la forteresse de Maxi / Zeus : l'Olympe !
Ayant eu vent de la trahison de son aimée, Maximilien perd de plus en plus la raison et décide de se débarrasser d'elle en même temps que des policiers qui viennent l'arrêter, avec son Ultra-canon !
Tout comme Héraklés, Batman franchit les épreuves de l'Olympe, jusqu'à atteindre le sommet.

Le cadrage des premières scènes, les jeux d'ombres, la mise en scène, tout est fait pour nous faire plonger dans cet étrange épisode, à l'atmosphère moitié mythologique, moitié "vol au-dessus d'un nid de coucous" !
Les auteurs se sont amusés à dresser un parallèle, même un lien, entre Batman et Maximilien, concernant leur double identité, à travers quelques scènes où Maxi / Zeus croit reconnaître le justicier sombre ("Mon frère, le Dieu des ombres"), et surtout lors de cette réplique :
Clio: "- Très vite, il a changé, à cause des pressions...du surmenage. Et puis, tout s'est embrouillé...il n'a plus aucune notion de la réalité aujourd'hui. Mais, je suppose que vous savez ce que c'est...
Batman: - ..."


Ce n'est pas souvent que dans une série animée du genre, on puisse douter de la sanité de son héros! Le regard de Batman est d'ailleurs assez éloquent, tout comme son silence !

Finalement, Batman sauve la situation et détruit le canon menaçant ! Maxi / Zeus, de son côté, finit comme il se doit à Arkham, où il s'exprimera de cette manière, alors qu'il entre dans l'asile :
"Tiens...on dirait que je suis enfin arrivé dans la demeure des dieux...oui, cette fois-ci je ne me trompe pas!
Car voici la belle Demether, Déesse de notre Terre !


Et Double-Face Janus est là aussi ! Je te salue, Ô toi, maître des portes !

Et voici mon fils Hermès, Dieu du commerce et des voleurs !

Quel soulagement ! Zeus est enfin rentré à la maison !"

Arkham, nouvelle Olympe?
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Publicité






PostPosted: Thu 19 Feb - 12:44 (2015)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Thu 19 Feb - 12:46 (2015)    Post subject: Une perle dans un lamellibranche Reply with quote

Batman The Animated Series
Episode 46
Almost Got'Im
Il s'en est fallu de peu


"Vous n'êtes pas les seuls à savoir tendre des pièges"


Le Joker, le Pingouin, Double-Face, Poison Ivy et Killer Croc se font une soirée poker.
C'est le bon moment pour discuter du point commun qui les rassemble tous, Batman !
Chacun ira de sa petite histoire dans laquelle il se vantera d'avoir été à deux doigts d'en finir avec la chauve-souris humaine ! D'où le titre de l'épisode !

On assiste donc à cinq récits de nos vilains, que le Joker émaillera de diverses remarques bien vicieuses !
Et c'est là l'intérêt de cet épisode ! Voir nos méchants se railler à coups de vannes et de piques bien acides !

Morceaux choisis :

Double-Face: "- ça par exemple, l'empoisonneuse !
Ivy: - ça fait un bail qu'on ne s'était pas vu, Harvey. T'as toujours ta personnalité à double facette ?
- L'une de ces facettes a envie de t'étrangler...
- Et l'autre facette, elle a envie de quoi ?
- L'autre facette a envie de t'écraser avec un 35 tonnes !
- Dire qu'on a été fiancé..."


Double-Face: "- C'est à cause de cette maudite pièce de monnaie que je n'ai pas réussi à l'éliminer !
Joker: - Tu n'as vraiment pas eu de veine, mon pauvre Harvey, et en plus tu fais toujours les choses...à moitié !"


Killer Croc: "- J'avais réussi à trouver la planque idéale mais manque de pot, Batman est venu fouiner dans les parages ! Je l'voyais qui s'approchait, qui s'approchait... !
Ivy: - Et alors ?
Killer: - Je lui ai balancé un rocher !............
Pingouin: - ...
Joker: - ...
Double-Face: - ...
Ivy: - ...Alors Harvey, qu'est-il advenu de la pièce de monnaie géante ?
Killer: - C'était un rocher gigantesque...
Double-Face: - Ils ont dit à Batman qu'il pourrait la garder.
"


Evidemment, les petites histoires sont tout autant agréables à voir! Et la révélation finale vaut aussi le détour! On se délectera enfin de l'échange final entre Catwoman et Batman, à qui elle propose de quitter cette ville de fous, seuls tous les deux, ce à quoi Batman répond d'un chaleureux "oui, peut-être..." avant de disparaître...la dernière réplique viendra de Catwoman:
"Il s'en est fallu de peu..."
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Thu 19 Feb - 12:49 (2015)    Post subject: Une perle dans un lamellibranche Reply with quote

"Attention chérie, ça va spoiler!"

Superman - The Animated Series
Episodes 38 - 39
Apokolips Now


"Adieu mon vieil ami...tout compte fait, le monde n'a pas besoin d'un superman...mais seulement d'un homme courageux"


Bruno Mannheim et l'Intergang reviennent à Metropolis avec la technologie d'Apokolips.
Darkseid décide d'envahir la Terre pour de bon et envoie toute son armée ainsi que ses meilleurs hommes, Steppenwolf, Kalibak et Desaad. Superman aura fort à faire pour bouter l'Apokolipsien New God hors de son monde d'adoption. Heureusement, il sera aidé par Orion, le fils de Darkseid, et l'agent Turpin, puis finalement par toute l'armée de New Genesis !
L'intérêt exceptionnel de ce double-épisode se trouve dans le fait qu'il s'agit d'un hommage rendu au grand Jack Kirby, le Dieu des comics (comme Tezuka était le Dieu des manga) !

L'hommage est double.
D'abord, Apokolips Now met en avant le quatrième monde inventé par Kirby, celui des New Gods, partagé entre deux planètes: New Genesis, dirigée par HighFather, et Apokolips, berceau de Darkseid.
Perpétuellement en guerre, les deux planètes décidèrent un jour de faire une trêve. Le pacte de non-agression se conclut par l'échange du fils de chacun des deux dirigeants.
La genèse de cet univers est racontée plus en détail dans le premier de ces deux épisodes.
Mais c'est aussi à travers le personnage même de Dan Turpin que l'hommage au Maître est rendu. En effet, Dan Turpin est le portrait craché de Jack Kirby!

Le King est mort le 6 février 1994. Je me rappelle d'un joli papier d'Inoshiro, très triste, dans le Player One de l'époque (numéro 40 de mars 1994)...
"Rarement un auteur aura laissé tant de héros orphelins. Le Roi est mort...vive le Roi!"

Quoi qu'il en soit, Turpin meurt à la fin de l'épisode, tué froidement par Darkseid, parce qu'il avait osé tenir tête au despote, rassemblé les humains et sauvé Superman.

On remarquera la magnifique interprétation de Tim Daly lorsqu'il crie de rage et d'impuissance de n'avoir pu sauver son ami. Une prestation non doublée en français, ce qui est une grande marque de respect envers la VO. Non pas qu'Emmanuel Jacomy n'aurait pu faire aussi bien, mais ce genre de moment vaut pour ce qu'il est en lui-même et n'a pas besoin d'être traduit.

Lors de son enterrement (un enterrement juif, puisque Jack Kirby était juif), on peut apercevoir dans le nombre de personnes présentes beaucoup de visages familiers, dont la plupart sont des créations du King, comme Barda, Orion, Kamandi, mais aussi quelques créateurs qui ont compté dans la série, comme Bruce Timm, Glen Murakami, Paul Dini, Alan Burnett, ainsi que quelques dessinateurs amis des créateurs, comme Alex Ross (qui fait aussi apparaître Bruce Timm dans son Kingdom Come) !
On pouvait même y voir Stan Lee (ami de Jack), Nick Fury et les Fantastic Four de Marvel! Bien sûr, la version DVD a effacé toutes ces apparitions pas très pro-DC...
On notera aussi que la tombe de Turpin est située au même endroit que l'est la tombe de Kirby (on remarque que les arbres sont les mêmes et sont disposés de la même façon)


Il s'agit donc là d'un épisode essentiel non seulement dans la continuité de la série, mais aussi par l'hommage rendu à l'un des plus grands dessinateurs de Bande-Dessinée du monde !
Jack Kirby était, est, et restera l'un des artistes les plus influents que le monde des comics ait jamais connu, que ce soit par son trait comme par ses histoires !
Hail to the King !

Réalisé avec l'appui d'un excellent article du site ComicsAlliance.com
Jetez-y un coup d'oeil ! Wink
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Thu 19 Feb - 12:51 (2015)    Post subject: Une perle dans un lamellibranche Reply with quote

Cowboy Bebop
épisode 24
Hard Luck Woman

"Attention chérie, ça va spoiler !"


"Tu as quelqu'un quelque part qui t'attend, quelqu'un qui songe à toi, Ed ?
Donc tu as un endroit où tu peux retourner. Va, cherche-le.
Parce que franchement, il n'y a rien au monde de plus magnifique que ça !
"


J'adore cet épisode pour une seule et unique raison : Pas UNE seule fois je ne l'ai vu sans pleurer comme une madeleine.

Faye Valentine commence à retrouver la mémoire d'avant son hibernation, et ne cesse de déprimer, ressentant le désir ardent de retrouver ses racines sur Terre.
Elle s'y rend donc en détournant le Bebop à l'insu de Jet Black.
Arrivée sur Terre, Ed l'accompagne. La petite hackeuse de génie a en effet reconnu un élément se trouvant sur la vidéo que Faye a réalisée à l'époque du lycée. Elle pourra ainsi guider Faye.
Ed aussi, poussée par Faye et retrouvant d'anciennes connaissances sur place, partira à la recherche de son père, une espèce de Don Quichotte cherchant à réaliser à tout prix la topographie de la Terre alors que cette dernière est régulièrement frappée par de nombreux météorites.

En voyant le père, on comprend vite d'où vient cet étrange caractère de la petite Ed ! Complètement obnubilé par sa quête sans fin, il ne sait même plus si Ed est un garçon ou une fille ! De plus, il lui semble impossible de rester planté au même endroit plus d'une journée, et il ne semble accorder aucune importance à quoi que ce soit d'autre qu'à son idée de vouloir dessiner une carte définitive de la Terre, même à sa fille.

De son côté, Faye réussit enfin à retrouver toute sa mémoire, et le souvenir de sa maison la pousse à quitter définitivement le Bebop et ses amis. Seulement, arrivée sur place, elle n'y trouve plus rien, juste un terrain vague. Comme son passé auparavant, il ne lui reste plus de trace physique de son existence en cet endroit.

C'est donc à partir de ce moment que, personnellement, les vannes s'ouvrent pour votre serviteur !
Un magnifique morceau accompagne les dernières minutes de l'épisode (Call Me Call Me), et la mise en scène fait le reste.
Ed donne à Spike un tourniquet en papier avec un grand sourire, puis elle part sans rien dire. Ein, le chien, la voit partir et décide de l'accompagner, laissant Jet non sans jeter un regard derrière lui. Jet et Spike se rendent compte que Ed est partie en voyant un énorme sourire dessiné sur la proue du vaisseau, avec pour seuls mots "Bye Bye".

Voici donc le moment où ce groupe créé au hasard de rencontres fortuites se dissout aussi invraisemblablement qu'il s'était formé.
Aucune larme n'est versée dans cet épisode, mais l'émotion est tellement intense lorsqu'on a suivi ce groupe depuis les débuts que cette mise en scène toute en retenue ne fait qu'accentuer le spleen.

Bref, pour moi, best ending ever !


_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Thu 19 Feb - 12:52 (2015)    Post subject: Une perle dans un lamellibranche Reply with quote

Justice League (Unlimited)
Episode 54
For The Man Who Has Everything - Un cadeau empoisonné

"Bon anniversaire, kryptonien ! Je t'offre l'oubli éternel !"



Batman et Wonder Woman se rendent à la Forteresse de Solitude de Superman. C'est aujourd'hui son anniversaire, et ils ont bien l'intention de fêter l'évènement avec lui !
Arrivés sur place, ils découvrent avec horreur que l'Homme d'Acier est enlacé par une plante tentaculaire, un parasite qui le rend totalement autiste, emprisonné dans un rêve dont il ne peut se réveiller.
Batman en déduit assez vite qu'il s'est fait piéger, ce parasite est un cadeau empoisonné (comme l'indique le titre français de l'épisode), envoyé par le terrible Mongul !

Pendant que Wonder Woman et Mongul se battent dans la forteresse de solitude (oui, ce dernier, comme tout bon psychopathe qui se respecte, aime bien revenir sur les lieux du crime !), le Chevalier Noir tente par tous les moyens de retirer ce parasite, une "fleur" appelée Black Mercy (ou Tubéreuse noire en VF).
Mais à quoi peut bien rêver l'homme qui a déjà tout ?
A ce qu'il ne peut plus avoir, une famille, une femme, des enfants, et ses parents (du moins son père), sur Krypton.


"Je me demande dans quel paradis il est... Assis sur un trône où il règne sur l'univers, avec toute la racaille humaine, prosternée à ses pieds ? Plus honnête, à mon avis, que sa prétention à être le héros altruiste, généreux !"

Il faut voir l'expression de Superman, lorsqu'il réussit à s'extirper du parasite grâce à Batman ! La scène change radicalement de ton, avec un thème musical en adéquation avec l'état d'âme de Superman, qui n'a plus qu'une seule envie, faire souffrir Mongul comme il a lui-même souffert ! Ils ne sont pas nombreux, ceux qui ont réussi à le sortir à ce point de ses gonds !

"Je veux que tu prennes conscience de la torture que tu m'as fait subir !"


Quant à Batman, l'effet du parasite sur lui semble moindre. Son rêve montre la scène du meurtre de ses parents. Si Superman voit la vie qu'il aurait eue si sa planète d'origine n'avait pas explosé, Batman ne peut s'empêcher de revivre l'expérience traumatisante de la mort de ses parents, et non de penser à la vie qu'il aurait eue s'ils n'avaient pas fait une mauvaise rencontre ce soir-là.
Dans son rêve, son père tient tête à Joe Chill, le meurtrier en question. Et si la voix de Wonder Woman a certainement eu un effet sur le réveil de la conscience de Bruce Wayne, on ne peut s'empêcher de penser que le Chevalier Noir se refuse toute porte de sortie, toute pensée heureuse, vu la vitesse à laquelle il reprend conscience. En effet, son père se fait finalement tuer par Joe Chill, même dans son rêve. Quant à Kal-El, il choisit de refuser cette vie dont il rêvait tant, sachant que c'est un rêve bien sûr, mais aussi parce qu'il ne peut abandonner ses responsabilités.
Ces deux manières différentes montrent bien les différences de caractère entre les deux super-héros. Superman se sent investi d'une mission de par ses prédispositions, tandis que Batman a choisi de devenir ce qu'il est en réponse à un évènement extérieur.
Si Clark Kent a toujours été Superman, Bruce Wayne est devenu Batman le jour de la mort de ses parents.
C'est parce qu'il est devenu Batman ce soir-là que Bruce Wayne ne peut envisager autre chose, une autre voie que celle qu'il a choisie.

Cet épisode est tiré d'une oeuvre d'Alan Moore et Dave Gibbons, dont la collaboration n'a toujours donné que du bon (Watchmen en premier lieu !), For The Man Who Has Everything, un Annual de Superman, sorti en 1985. A noter que dans le comic, la rose "Kryptonienne"a été offerte à Superman par Batman, et non Wonder Woman comme montré dans le dessin animé. Et le rêve de Batman incluait aussi un mariage avec Kathy Kane (la première Batwoman), et une fille issue de leur union.

Lors d'une interview (Comic Box #5 - Avril/Mai 2006), Dave Gibbons a révélé qu'on lui avait envoyé la cassette de cet épisode, et qu'il avait adoré cette version. Il a félicité Bruce Timm, à qui il a envoyé un message disant qu'il était heureux de voir que Bruce avait réussi à retranscrire l'essence de son histoire. Bruce Timm a de plus retranscrit certains dialogues et scènes du comic-book tels quels. Dave Gibbons fut même impressionné de voir l'explosion de Krypton, qui n'était pas décrite dans l'oeuvre, qu'il a d'ailleurs regretté de ne pas avoir faite à l'époque !
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Thu 19 Feb - 12:54 (2015)    Post subject: Une perle dans un lamellibranche Reply with quote

Batman The Animated Series


Une perle dans un lamellibranche un peu spéciale cette fois-ci, puisque ce n'est pas une, mais trois perles dont je vais parler ! Qu'il soit aussi noté que Batman TAS regorge d'épisodes dignes de figurer dans ce topic ! Ce n'est d'ailleurs pas la première ni la dernière fois que j'aborde cette série ici, et je ne suis pas le seul !
Je vais donc évoquer trois épisodes qui m'ont marqué. Je pourrais en citer d'autres, parce qu'il y en a, mais je vais me focaliser sur ces épisodes en particulier.
J'en aurais bien choisi un quatrième, mais à ce stade de mon re-visionnage de la série, je ne l'ai pas encore revu. Je le rajouterai lorsque ce sera fait !

Episode 18 - Beware of the Gray Ghost (titre VF : Le Plastiqueur Fou)


Un criminel fait exploser plusieurs grands bâtiments de Gotham en suivant le schéma d'une série que Batman adorait lorsqu'il était enfant, Le Fantôme Gris. Afin de coincer le terroriste, il tente de mettre la main sur les bobines de la série, sans succès.
Il décide alors de rendre visite auprès de l'acteur qui incarnait le Fantôme Gris, Simon Trent, afin qu'il puisse l'aider à résoudre l'enquête.
Mais Simon Trent ne veut plus entendre parler de ce rôle, n'ayant jamais pu relancer sa carrière d'acteur à la fin de la série.

Cet épisode est intéressant à plus d'un titre !
D'abord, il permet de rajouter un nouvel élément à la mythologie du Chevalier Noir, et qui sera repris dans quelques épisodes de Batman : La Relève et de La Ligue des Justiciers : Un héros d'enfance pour Batman, une inspiration, même !
Jusqu'ici on nous montrait toujours Zorro comme possible influence pour Bruce Wayne, mais là on a quelque chose de plus concret, qui a trait non seulement à l'enfance de Batman, mais aussi à la nôtre, comme un miroir qui nous renvoie à notre position de spectateur !
Les héros de notre enfance, ceux qui nous faisaient nous lever tôt le mercredi ou le dimanche matin ! Lorsque je vois ce petit garçon qu'était Bruce Wayne assis devant sa télé, sa figurine du Gray Ghost à la main, les yeux grands comme des soucoupes, le sourire aux lèvres en suivant les aventures de son super-héros, ça me ramène directement à l'époque de la première diffusion de la série, sur Canal +, où j'étais dans le même état d'esprit que Bruce Wayne !


De plus, c'est certainement une histoire qui tenait beaucoup à coeur à Bruce Timm ! Comme s'il nous montrait quel était son lien avec Batman !
C'est bien simple, transposez :
Bruce Wayne enfant = Bruce Timm enfant
Simon Trent / Gray Ghost = Adam West / Batman (la série live des années 60)
Mais là où Bruce Timm joue la carte de l'autodérision, voire peut-être de la remise en question, c'est dans le rôle du Mad Bomber !
Bruce Timm est le Mad Bomber, littéralement ! C'est-à-dire que le personnage du fan/collectionneur/terroriste a les traits de Bruce Timm, et de plus c'est Bruce Timm lui-même qui lui donne sa voix !

Et c'est Adam West qui prête sa voix au Gray Ghost !
Et Hop ! Vous voilà en pleine métalepse narrative !
Faut-il voir dans ce fan absolu du Gray Ghost une auto-critique de Bruce Timm ? Ou une critique des fans ?
Cela dit, Batman est aussi représenté comme un grand fan du personnage (vous connaissez combien d'hommes qui se sont aménagés une pièce entière dédiée uniquement au héros de leur enfance ?), et c'est grâce à son statut de fan qu'il réussit à attraper [s]Bruce Timm[/s] le Mad Bomber !
Chacun verra midi à sa porte ! Toujours est-il que l'épisode est passionnant du début à la fin ! Je vous le recommande chaudement, parfait pour débuter dans le Batman-Verse ! Very Happy

Episode 31 - The Cape and Cowl Conspiracy (Titre VF : Conspiration)


Pour l'anecdote, c'est dans cet épisode qu'apparaît pour la première fois dans la série le Bat-Signal !

Mais ce n'est pas pour cette raison que j'ai choisi cet épisode. Ici, Batman est mis en difficulté par Wormwood, alias "The Interrogator", un criminel particulièrement redoutable. Sa spécialité étant de guider ses victimes par des énigmes, et de les faire tomber dans un piège préparé à l'avance, dont ils ne peuvent s'échapper, lui permettant ainsi de les déposséder de leurs biens, d'informations ou de quoi que ce soit de valeur. Il a réussi à piéger Batman par deux fois, et son but est de s'emparer de la cape et du masque du Chevalier Noir.

Dans cet épisode, ce sont les qualités de détective du Chevalier Noir qui seront mises à rude contribution. Mais Batman, même pris au piège, reste maître du jeu. Et la révélation finale le montrera bien. Le révéler ici serait criminel, aussi je vous invite à voir cet épisode le plus vite possible !

Episode 49 - I am the Night (Titre VF : Remords)


Un épisode centré sur la motivation, la raison d'agir du Chevalier Noir.
Alors qu'il commémore le jour de l'assassinat de ses parents, Batman déprime. Ses actions ont-elles vraiment un sens, une utilité ? Doit-il continuer ?
Comme il le dit à Alfred, on peut toujours soigner la fatigue du corps, mais quand il s'agit de la fatigue de l'esprit...

Dans cet épisode, le justicier devra faire preuve d'un moral d'acier, face à un jeune lascar cynique, à Bullock qui n'apprécie guère ses interventions, et surtout devant l'attaque subie par le commissaire Gordon qui s'est fait tirer dessus par la bande de James Peake, alias le Jazzman, fier d'avoir atteint l'inspecteur.

Ce n'est peut-être pas le meilleur épisode de la série (mais il n'en est vraiment pas loin), mais il a le mérite de nous montrer ce qu'on n'y voit guère souvent : Un Batman fragilisé, se remettant en question sur le but de sa croisade contre le crime. On retiendra d'ailleurs cette citation de George Santayana : "Un fanatique est quelqu'un qui s'active d'autant plus qu'il a perdu de vue le but qu'il s'était donné".
Cet épisode possède une intrigue plus adulte que la moyenne de la série. Les regards des personnages ainsi que les dialogues et les silences pesants tendent vers un certain réalisme, un sérieux premier degré.

Il y aussi l'intérêt de voir le personnage du Jazzman, gangster à l'ancienne, avec un vocabulaire bien à lui, champ lexical de la musique ! Aussi bon en VO qu'en VF, d'ailleurs !
Morceaux choisis :
VF - "Avec les charges qu'il a contre moi j'suis bon pour la marche funèbre."

VF - "J'veux être certain que Gordon est aussi raide que l'manche d'une contrebasse"
VO - "I'll make sure Gordon's got a one-way ticket to harp land."

Batman TAS est une série que je suivais religieusement, chaque jour sur Canal+, puis plus tard sur France 3, pendant mon adolescence. Aujourd'hui, en la revoyant, je peux voir et revoir les mêmes épisodes indéfiniment sans jamais m'en lasser ! La Rolls Royce des séries animées !
Et le but de ce topic, encore une fois, c'est de partager ces épisodes qui nous ont marqués, quelle que soit leur époque ou leur origine ! Very Happy
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Thu 19 Feb - 12:57 (2015)    Post subject: Une perle dans un lamellibranche Reply with quote

Ashita no Joe 2
Episode 44
Yoko... sono Ai
L'Amour de Yoko

"Yabuki... ne monte pas sur le ring ce soir, je t'en prie..."

"Attention, chérie, ça va spoiler !!"


Elégie pour un boxeur


Cet épisode est remarquable par son écriture des dialogues et autres soliloques des différents personnages qui y apparaissent, mais il sonne aussi comme une terrible prophétie, car il pourrait presque être vu comme une élégie à Joe Yabuki, avant l'heure.

L'épisode se divise en trois actes distincts, chacun centré sur une sphère différente :
- Joe / Danpei : La montagne (La Famille)
- Les anciennes connaissances (Les Amis)
- Yoko avoue son amour à Joe (La Femme)

I- La Montagne / La Famille
C'est la veille du combat le plus important de la vie de Joe Yabuki. Il va affronter José Mendoza, champion du monde en titre incontesté.
Joe est cependant atteint de l'ivresse du boxeur, ou la démence traumatique, sa vie est en jeu.
Joe ne trouve pas le sommeil. Il se confie à Danpei. Enfant, il était dans des orphelinats. Il essayait toujours de s'en échapper. A chaque veille d'un pique-nique, il était tellement impatient qu'il ne trouvait pas le sommeil. Impatient de profiter de cette sortie pour tenter de s'enfuir.
Un jour, il réussit à s'enfuir, fonçant vers une montagne à l'horizon.
(Au passage, on s'amusera à remarquer que dès l'enfance Joe avait déjà les mêmes habits, taille enfant ! Laughing )

"En vain... j'ai fugué plusieurs fois, franchi des montagnes. Je n'ai jamais atteint un monde merveilleux."


Atteindre une gigantesque montagne. Sa cible aujourd'hui, sa montagne, se nomme José Mendoza, comme Danpei le lui fait remarquer. Et au-delà ? Rien d'important, semble-t-il penser. Joe ne semble vivre que pour courir après quelque chose d'inaccessible. Peu importe la récompense, seule l'épreuve le motive.
Cette unique évocation de son passé dessine formidablement les contours du personnage de Joe Yabuki. Par ce seul récit, on comprend parfaitement quelle est sa motivation. Enfant rejeté ? Orphelin de guerre ? Rien de tout cela n'a d'importance, finalement. Son passé est derrière lui, Joe ne sait que regarder vers l'avant, vers la montagne. Le Joe de demain !
Mais Joe a beau regarder vers demain, ce sont pourtant ses anciennes connaissances qui hantent cet épisode !

II- Les Amis
Ainsi, Wolf Kanagushi vient s'acquitter de sa dette envers Joe en venant lui rendre l'argent qu'il lui avait prêté jadis. Joe, toujours insomniaque, l'invite à aller boire un verre.
Là-bas, Gondo Goromaki les aperçoit alors qu'il est au comptoir. Il s'apprête à les rejoindre, puis se ravise, préférant fêter par avance la victoire de Joe. Il faut dire aussi qu'il a un lourd passif avec Wolf !
"Quelqu'un qui m'est très précieux va faire le grand combat de sa vie."

De retour au Pont des Larmes, et toujours incapable de s'endormir, Joe s'entraîne sur un sac de frappe.
Le lendemain matin de bonne heure, les enfants et amis du quartier se préparent déjà à encourager Yabuki.
Tandis que Nishi part rejoindre le club de boxe, en qualité de soigneur, Noriko se remémore sa discussion avec Joe, à propos de la jeunesse et de la boxe.

"Rien à voir avec des petits plaisirs sans vie, sans flamme. En un éclair, je vois jaillir des étincelles incandescentes. Mais à la fin... il ne me reste que de la cendre toute blanche. Ce n'est plus un morceau de braise, mais de la cendre, toute blanche."


Ailleurs, les anciens de la maison de correction Tôkô se rassemblent dans un restaurant. Eux aussi viendront encourager Joe. Tous se rappellent leurs héros, lorsqu'ils étaient en maison de correction; Joe et Rikiishi, leurs combats, leur jeunesse.

"A l'époque de la maison de correction, on était un peu fous... Nos parents et la société nous avaient lâchés, c'est vrai... Mais comment dire... on était prêts à exploser, on débordait d'énergie, comme un soleil tropical. Peut-être... peut-être que c'était ça, la jeunesse. Maintenant, on s'efforce de vivre comme des adultes et on a tous changé. Moi aussi j'ai changé... Comme si mon séjour à la Maison Tôkô, sur l'île de Nogiku, était très ancien, comme si des siècles s'étaient écoulés ! Mais chaque fois que je regarde Yabuki à la TV, il est exactement le même. Il n'a pas changé d'un poil !
Il me semble que nous avons tous changé... Seul Yabuki... Joe Yabuki vit encore comme dans notre jeunesse, qui est déjà très lointaine pour nous tous. Il me donne cette impression... Et ça me fait plaisir..."



De son côté, le journaliste déclare ne plus pouvoir rédiger la biographie de Joe, ayant perdu toute objectivité à son égard. Il l'encouragera ce soir.

Le Joe d'aujourd'hui est au centre de toutes les attentions. Il a beau garder cette image de jeune loup, de rebelle solitaire, sans compromissions, il s'est forgé au cours de sa courte carrière de boxeur de solides amitiés, tout comme il est devenu porteur malgré lui des espoirs de nombreuses personnes. Et il l'a montré à plusieurs reprises au cours de la série, c'est un homme fidèle en amitié. Toutes ces personnes présentes portent également l'empreinte de Joe en elles. Par bien des manières, il a changé leurs vies.

III- La Femme
C'est bientôt l'heure du combat. Yoko rejoint Joe dans son vestiaire.
Elle tente une dernière fois de convaincre Joe de ne pas monter sur le ring, et lui révèle qu'il est atteint de démence traumatique, en phase terminale. Une révélation qui n'en est pas une pour Joe. Il le sait parfaitement, mais il boxera ce soir.
Les yeux en larmes, Yoko, pour la première fois, tombe son masque de froideur. Elle supplie Joe de ne pas boxer. Elle s'interpose même entre Joe et la sortie du vestiaire.

"Je t'aime, Yabuki ! Je t'aime ! Je t'aime... je l'ai réalisé il y a peu. Je t'en prie, ne monte pas sur le ring. Pour moi... Tu es l'homme que j'aime ! Je ne te laisserai pas finir en épave !"

Mais Joe a pris sa décision.

"Sur le ring, l'homme le plus fort du monde m'attend. Alors, il faut que j'y aille. Merci."


Ce moment est dur pour Yoko, amoureuse éconduite au profit de José Mendoza, ou plus simplement de la boxe. Joe Yabuki ne vit plus que pour la boxe, portant sur les épaules le fantôme de Rikiishi, celui qui l'a emporté dans cet univers. C'est la boxe qui a amené Joe à connaître tous ces gens, à ne plus errer de ville en ville, à ne plus être un vagabond sans attache. Comment pourrait-il abandonner ce qui semble être devenu son unique raison de vivre ?
Yoko est présente dans la vie de Joe depuis presque aussi longtemps que la boxe, mais elle ne passera jamais en priorité pour Joe. S'y est-elle prise trop tard ? N'aurait-elle pas pu lui avouer plus tôt ce qu'elle ressentait ? Cela aurait-il changé quelque chose ?


En posant un regard global sur cet épisode, on peut voir en chaque acte un repaire temporel, encore une fois avec Joe comme sujet principal.
Le premier acte est centré sur le passé de Joe, avec l'évocation de son enfance. Le deuxième acte est porté sur le présent, c'est-à-dire sur tous les personnages, ou presque, que Joe a connus tout au long de la série (depuis la première série, en fait). Le dernier acte évoque bien sûr le futur de Joe, puisque Yoko tente à tout prix de l'empêcher de boxer, sachant ce qui lui arrivera.
Cette alternance passé / présent / futur renforce encore le caractère élégiaque de l'épisode.


L'épisode se termine sur l'entrée de Joe sur le ring, sous les regards plein d'espérance de toutes ses anciennes connaissances, venues l'encourager, assister à son dernier combat.
L'élégie avant la tragédie... Terrible épisode.
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Thu 19 Feb - 13:00 (2015)    Post subject: Une perle dans un lamellibranche Reply with quote

One Piece
Episode 380
Binks no Sake - Kako to Genzai o Tsunagu uta
Le bon rhum de Binks - Une Chanson qui relie le Passé au Présent


"Qu'est-ce qui se passe ? Je n'entends plus qu'un quatuor jouer. Un trio... un duo............ Un solo. Pourquoi ? Ne reste que l'accompagnement."


Membre de l'équipage des pirates du Rumbar, Brook égaye les journées de ses camarades avec ses morceaux de musique entraînants.
Sur Grand Line, l'équipage a dû se séparer de Laboon, le baleineau, au Cap des Jumeaux, non sans lui avoir promis qu'ils se retrouveront.


Mais peu à peu, la mort se propage parmi les pirates du Rumbar. A commencer par Yorki, le capitaine, atteint d'une maladie incurable, attrapée après avoir parcouru une jungle (ce n'est pas précisé, mais il s'agit certainement de l'île sur laquelle Luffy et Cie ont rencontré les géants Dorry et Brogy, Little Garden).
Ce n'est que le début, et même pour l'équipage dont la réputation est de faire retrouver le sourire aux pleurnichards, la joie fait de plus en plus place à la morosité.

Continuant de voyager sans leur capitaine et dans un nouveau navire, nos pirates ne désespèrent pas de retrouver Laboon un jour, après avoir fait le tour du monde.
Mais suite à un terrible combat contre d'autres pirates, l'équipage est presque entièrement décimé. Les quelques pirates restants (en plus de Brook) sont de plus condamnés à court terme, car les armes de leurs ennemis étaient empoisonnées.
"C'est la première fois que je meurs. Mais tant qu'à faire, autant quitter ce monde dans la bonne humeur ! Chantons, mes amis ! Si... si le pouvoir du fruit de la résurrection... peut vraiment me ramener à la vie, alors je promets de remettre à Laboon... le Tone Dial qui contient... cette chanson que nous avons tant aimée, le capitaine, nous tous, et Laboon..."


Et sur ces mots, Brook et ses amis entament leur chant joyeux et macabre à la fois, le Bon Rhum de Binks.
Et voilà la séquence particulière qui donne à cet épisode un statut véritablement unique !
Les images du présent (Brook jouant le morceau, Luffy et Cie chantant à tue-tête, avec bonheur et entrain) se mélangeant à celles du passé de Brook, donnant à ce sublime chant une résonance tragique. En effet, au fur et à mesure que la chanson joyeuse avance, des images du navire délabré et des corps sans vie et mutilés de l'équipage de Brook sont montrées, suivies de celles du présent, plus vivantes et chaleureuses. Ce mélange étonnant résume parfaitement la vie des pirates, et on le retrouve d'ailleurs dans les paroles de la chanson (parfaitement adaptées en français), où les phrases joyeuses succèdent à d'autres plus pessimistes :
"Si la peur m'envahit, ce sera mon dernier soupir.
C'est ainsi, je ferai une croix sur mon bel avenir."


Et c'est ainsi que se termine cet épisode, sur ce ton qui résume à lui seul non seulement ce qu'est la vie d'un équipage pirate dans ses meilleurs comme dans ses pires moments, mais aussi ce qui fait l'intérêt et la force de One Piece, ce qui définit cette série ! One Piece, un manga de joyeuse aventure sérieux !

"Quoi que tu fasses mon ami, tu finiras les os blanchis.
La vie est une longue comédie, pleine d'aventures, promis !"


L'autre gros point fort qui rend cet épisode indispensable (du niveau de la perle), c'est bien sûr Brook, son équipage des pirates du Rumbar, son amitié avec Laboon, la promesse de retrouvailles futures, la solitude.

Brook est un personnage au caractère joyeux et toujours positif. Et en même temps, a-t-il le choix ? Tout ce qui reste de sa personne est un squelette ! Chaque fois que quelqu'un le voit pour la première fois, soit il croit à un déguisement, soit il est effrayé ! Le seul recours qui lui reste, c'est de prendre la chose du bon côté, de tenter de faire rire son entourage, d'égayer leur journée avec la musique.

C'est pourtant lui qui a côtoyé le plus la mort et la solitude. Il a passé plus de quarante ans à errer sur les mers, seul dans son navire délabré. Les quelques scènes le montrant tentant d'illuminer ses mornes journées, et se berçant de terribles hallucinations, du temps où tous ses amis étaient encore en vie, sont terriblement poignantes. Quelle force d'âme doit-on avoir pour pouvoir survivre à un tel état ? Brook ne peut pas mourir, c'est donc un enfer personnel qu'il a vécu pendant ces décennies.



Voilà un épisode que j'aime à recommander à ceux qui ont une mauvaise image de One Piece ! Parce que c'est ça, One piece ! Une force émotionnelle inégalée, un mélange jamais indigeste de rires et de pleurs, des personnages qui ne cesseront jamais de vous surprendre, et un éventail de personnalités diverses et uniques !
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Thu 19 Feb - 13:03 (2015)    Post subject: Une perle dans un lamellibranche Reply with quote

Justice league
Episode 45-46
Hereafter
Deuil




Un groupe de super-vilains se rassemble avec pour but avéré de tuer celui qui leur met des bâtons dans les roues depuis trop longtemps, Superman.

Au cours d'un combat dantesque contre la Ligue des Justiciers, Toyman réussit à toucher Superman avec une de ses armes, le faisant disparaître d'un seul coup.
Le combat en lui-même est bien rendu, même si ce n'est pas non plus l'un des meilleurs de la série. Et la réaction de Wonder Woman face à l'assassinat de Superman est impressionnante. Elle était à deux doigts de faire un trou à coups de poing dans la tête de Toyman, si Flash ne l'avait pas arrêtée.

Cette scène nous ramène d'ailleurs à l'épisode des Justice Lords (A better World), lorsque l'on voit dans une réalité alternative comment les super-héros ont mal tourné à la mort de Flash. Quand Wonder Woman dit qu'elle ferait juste une exception à leur règle de ne pas tuer, avec Toyman, on pense tout de suite à la scène de Superman avec Lex Luthor, qui finit en poulet rôti, et qui mène la Justice League vers les Justice Lords.
Articulé autour de la présumée mort de Superman, cet épisode se divise en deux parties. Le deuil de Supes puis on suit ce qui lui est vraiment arrivé.

Les amis de Superman, ainsi que sa famille, se rassemblent alors pour enterrer un cercueil vide... sauf Batman, qui refuse de croire que son ami est mort, et qui s'enferme dans sa grotte pour tenter de comprendre ce qui est arrivé.
La partie du deuil est assez lourde, en grande partie parce qu'on a droit à tous les clichés possibles, mille fois abordés dans les comics, à chaque fois qu'un super-héros meurt.
La scène qui me désole le plus reste lorsque Luthor vient assister à la messe funèbre du super-héros. Lois Lane se lève, lui dit qu'il n'a rien à faire ici, qu'il doit être heureux vu qu'il a passé son temps à tenter de le tuer, vient le gifler les yeux en larme, pour finalement pleurer dans ses bras...

Qué pasa ?! :blink:
Je ne sais même pas ce qui m'afflige le plus dans cette scène, Lois Lane dans une scène vue et revue, ou Luthor qui dit que Superman va lui manquer à lui aussi... ou peut-être la musique qui en rajoute encore dans le pathos...
C'est vraiment une scène gênante, et je ne la conseillerais pas pour faire découvrir la série à un néophyte...
Il y a aussi la scène où les héros se rassemblent en petit groupe pour se remémorer quelques souvenirs communs et rire, jusqu'à ce qu'ils se rappellent qu'il n'est plus là...
Lourd...

Mais voilà qu'arrive Lobo, venu proposer ses services comme nouveau membre de la Ligue !
A l'occasion d'une nouvelle confrontation avec les responsables de la "mort" de l'Homme d'Acier, il donne un coup de main, signalant quand même que "s'il y a de la tune, j'la garde pour moi !"


Chaque apparition de Lobo est de toute façon toujours un moment de gros délire bien gras, avec quelques expressions fleuries ("tafiole", "tas de lopettes", etc... !) !

Dans la seconde partie, on découvre que Superman est toujours en vie, mais dans un autre monde, avec un soleil rouge.
Cette partie relève l'intérêt de l'épisode de fort belle manière. On voit Superman tenter de se débrouiller sans ses pouvoirs. Il reste seul pendant des semaines, sans rencontrer personne, et doit survivre face aux loups. Il se forge même une épée.

C'est lorsqu'il retrouve la Tour de Guet et qu'il rencontre Vandal Savage qu'il comprend qu'il est toujours sur Terre, mais trente mille ans dans le futur.
Cette seconde partie est entièrement centrée sur le périple de Superman, donc, et nous montre un Vandal Savage inhabituel.
Savage est responsable de l'extinction de la race humaine. Quelques temps après la disparition de Superman, il a inventé une arme à gravité qui a entraîné la mort de l'Humanité et le dérèglement du système solaire.

L'arrivée de Superman dans le futur sera l'occasion pour lui de trouver la rédemption, en l'aidant à retourner à son époque (ce que ne pouvait faire Vandal, puisqu'il ne peut retourner où il a vécu) et lui indiquant comment l'empêcher de détruire le monde. Il devra l'empêcher de voler un morceau d'étoile naine appartenant à Ray Palmer (alias le super-héros Atom ! C'est la première fois qu'il est évoqué dans la série, même s'il faudra attendre Justice League Unlimited pour le voir).

Autant je n'ai pas aimé la première partie (en tout cas la partie sur le deuil, parce que Lobo a rehaussé le niveau), autant j'ai adoré la seconde, qui nous a montré un Superman atypique, dans un trip Mad Max / Conan le Barbare sans beaucoup de paroles (en tout cas avant la rencontre avec Vandal).
Ici, Superman y est vulnérable (soleil rouge !), et en mode survivor !
La série Justice League constitue à mes yeux l'apogée du travail de Bruce Timm et de son équipe sur l'univers DC, pour de multiples raisons (l'une d'entre elles étant que c'est d'ailleurs la dernière série du cycle, ayant commencée avec Batman TAS). C'est grâce à l'étendue de cette saga que l'on peut apprécier ce genre d'épisode qui expérimente de nouvelles choses, préfigurant la direction que prendra la série à partir de sa troisième saison, marquant les débuts de Justice League Unlimited !
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
veggie11
Modérateur

Offline

Joined: 22 Nov 2014
Posts: 660
Localisation: Valais central (Alpes suisses)
Féminin Poissons (20fev-20mar) 蛇 Serpent
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Thu 19 Feb - 14:06 (2015)    Post subject: Une perle dans un lamellibranche Reply with quote

Voilà un bout de temps que j’hésitais à me lancer sur ce topic malgré la proposition de feanor dans un précédent message. N’ayant vu que peu de séries télévisées dans ma jeunesse, la faute à une programmation d’une médiocrité consternante (Billy the Cat, Cédric, Princesse Sissi pour ne citer que ces trois-là) – ce qui explique en partie pourquoi mes amies ne se soient jamais intéressées à l’animation et continuent de croire qu’il s’agit d’un genre destiné aux plus jeunes – je n’ai pas le souvenir d’un épisode m’ayant marqué à cette époque. C’est pourquoi je vais plutôt m’attarder sur un titre ancien mais inédit en France que j’ai découvert il y a peu. Récemment certes mais qui m'a suffisamment marqué pour que j'estime en faire part ici.


La seconde série Tv de Cyborg 009 a été réalisée entre 1979 et 1980, à une époque où le manga avait pris un nouveau tournant depuis quelques années, plus sombre et s’intéressant entre-autre à l’existence des dieux. La série tente maladroitement de reprendre le même schéma, d’où une armada de géants et autres monstres divers débarquant de nulle-part et représentant soi-disant la preuve d’une présence divine quelque part dans le monde. Une série donc très variable, certains épisodes sympathiques voire excellents (comme celui dont je vais parler) côtoient d’autres plus que dispensables voire affligeants, dans la lignée des pires épisodes de Shin Lupin III (elle aussi une série à la qualité très variable, notamment dans les épisodes inédits en France).

Techniquement supérieure à la première série, ce qui en soit n’était pas compliqué vu que la première adaptation date des années 60, cette seconde adaptation reste néanmoins inférieure à la précédente. La faute à une abondance de clichés tant culturels que scénaristiques, des histoires qui se veulent plus profondes que la première série plutôt destinée aux enfants mais qui manquent d’énergie, mais aussi au héros fadasse qu’est devenu Joe Shimamura. Le réalisateur a voulu reprendre le Joe du manga tel qu’il apparaissait à l’époque dans les prépublications, malheureusement sans le charme de la version papier. D’un Joe mélancolique mais courageux et justicier malgré lui, on passe à un Joe dépressif et d’une timidité désolante, au point que le spectateur a l’impression qu’il va fondre en larmes à chaque épisode. Le générique est d’ailleurs très parlant sur ce point.

A contrario, la première série est certes assez enfantine mais bénéficie d'un bon rythme et d'une inventivité digne des meilleurs cartoons américains de la grande époque. Elle a bien moins vieilli que cette série de la fin des années 70, réalisée un peu en même temps que des titres comme ''Lady Oscar'' ou ''Galaxy Express 999'', dont la réalisation surpasse encore aujourd'hui largement cette nouvelle adaptation de l’œuvre de Shôtaro Ishinomori.


''Shin'' Cyborg 009 Épisode 20 : Le désert de la déception




Cet épisode aurait pu rejoindre la liste des moyens, si finalement le réalisateur n’avait pas eu la bonne idée de s’améliorer dans la seconde partie de l’histoire. L’histoire débute durant le Grand Prix de Monaco, Joe gagnant sa vie en tant que coureur automobile. Il y retrouve une ancienne amie, Mayumi, rencontrée bien avant sa cybernétisation. Cette jeune femme est poursuivie par une bande de gangsters au look stéréotypé qui exigent d’elle qu’elle leur avoue où se cache un certain ‘’Lebrun’’ (le nom en japonais étant incompréhensible, j’ai décidé de me contenter d’indiquer celui qui pourrait se rapprocher le plus). En bon chevalier servant, Joe vient en aide à Mayumi et défonce à coup de poings ces adversaires. Ah ça fait du bien de retrouver le Joe badass de la première série qui n’hésitait pas à frapper violemment ses ennemis ! Dommage que ça ne dure que quelques secondes… Bref, Mayumi est désormais libre et supplie Joe de la conduire, elle et Lebrun, à travers le désert jusqu’en lieu sûr. Durant la traversée, ils sont assaillis de toute part par leurs adversaires : armada de robots géants, scorpions métalliques, hélicoptère, tank… tout y passe !

Joe n’a pas révélé à Mayumi qu’il avait été enlevé pour être transformé en cyborg. Comme tous ses camarades, il n’aime pas mentionner ce qui lui est arrivé autrefois, de plus il craint que Mayumi se détourne de lui en apprenant sa nouvelle condition. Mais la déception sera d’autant plus grande : Lebrun est gravement blessé, Mayumi, désespérée, avoue ses sentiments devant un Joe atterré qui ne s’attendait pas à une telle déclaration. Mayumi est donc bien amoureuse de ce Lebrun ! Néanmoins le pire reste à venir. Face à une nouvelle armée de robots géants, Mayumi craque et supplie Joe d’intervenir :



''Joe… Je t’en prie, aide-nous… Aide-nous avec ce corps en métal qui est le tien !''

Joe est abasourdi. Mayumi était donc au courant ! Elle savait depuis le départ qu’il avait été kidnappé pour devenir un cyborg. Une machine plus exactement comme elle le laisse entendre. C’est parce qu’il était devenu une ‘’arme’’ que Mayumi avait demandé à Joe de les aider. En résumé, elle n’a vu en lui qu’un instrument de protection pour s’échapper du pays avec son fiancé. La réaction de Joe ne se fait pas attendre : sous le choc de voir qu’aux yeux des autres, il n’est qu’un cyborg, il accepte néanmoins cette vérité et part combattre les robots géants. Il accepte son destin malgré son désespoir, malgré la fureur qu’il a ressenti l’instant où il a compris que Mayumi ne le considérait plus en tant qu’humain.



''Regarde bien ce que je suis vraiment !'' hurle-t-il avant de courir casser du robot.



Joe en vient assez facilement à bout des premiers robots, mais finit prisonnier de la pince d’un scorpion géant robotisé (décidément que de robots dans cette histoire !). Tout juste aperçoit-il au loin Mayumi s’enfuir avec Lebrun en abandonnant lâchement Joe. Il parvient avec peine à se libérer avant de se retrouver confronté à un autre adversaire, cette fois-ci humain, mais aux commandes d’un char d’assaut. Heureusement pour le jeune homme, ses amis cyborgs parviennent à temps pour lui venir en aide. Tout finit bien puisque Joe, malgré ses blessures, décide de secourir Mayumi et Lebrun et leur pardonne cette trahison. Quand je vous disais que Joe était bien trop gentil dans cette série…

La grande force de cet épisode est le développement psychologique de Joe. Assurément. Bien loin de la larve des épisodes précédents, même si on en constate encore des traces au début de l’histoire, notre héros n’hésite pas à se montrer violent. Certes parce qu’il est victime d’un choc émotionnel, mais tout de même que de changements comparé au reste de la série ! Dans cet épisode, on en revient au contexte même de l’œuvre d’Ishinomori : les cyborgs sont des humains à l’origine, transformés en cyborgs pour devenir des armes de guerre. Régulièrement au début du manga, les personnes qu’ils rencontraient n’hésitaient pas, pour les blesser psychologiquement, à insister sur ce point. ‘’Ce sont des machines après tout’’, répètent-ils sans se soucier des sentiments de ces neuf cyborgs. Toute la dimension tragique de l’œuvre se retrouve donc résumé dans cet épisode plutôt réussi.

Cet épisode s’attarde enfin un peu sur le ressenti de ces cyborgs devenus justiciers malgré eux. Il était temps après vingt épisodes pour une série qui voulait soi-disant revenir sur la situation douloureuse de Joe et de ses compagnons mais qui au final n’en a pas parlé tant que ça !


PS : j'espère que vous excuserez la faible qualité des images illustrant ce commentaire.

_________________
Titres méconnus et doublages égarés, voilà les deux principaux thèmes qui nourrissent ma passion pour les anime.

En pleine découverte des comics de super-héros.
Back to top
Visit poster’s website
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    MANGA COMICS CITY Forum Index -> MANGA COMICS CITY -> Anime & Animation All times are GMT + 1 Hour
Goto page: <  1, 2
Page 2 of 2

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group