MANGA COMICS CITY Forum Index

MANGA COMICS CITY
Tu as une âme de geek ? Alors ce forum est fait pour toi. N'attends plus, viens nous rejoindre.

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Ces Films Animés qui Vous ont Marqués

 
Post new topic   Reply to topic    MANGA COMICS CITY Forum Index -> MANGA COMICS CITY -> Anime & Animation
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 941
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Thu 19 Feb - 13:32 (2015)    Post subject: Ces Films Animés qui Vous ont Marqués Reply with quote

Ici, on évoque les films d'animation de manière non thématique ! Very Happy
Je commence !


Pourquoi Dr. Slump: "Hoyoyo!" Space Adventure est sans contestation possible le plus grand Space Opera animé de tous les temps (objectivement).

1982


"Il ne faut pas faire pleurer Mademoiselle Yamabuki !"


D'abord, il est important de préciser qu'à mes yeux, Docteur Slump est tout simplement le nec plus ultra de ce qui peut se faire dans le monde en matière d'humour et de loufoquerie, secondé par l'immense Gintama... et dans un autre registre par Seinfeld.
Si vous ne connaissez ou n'avez vu / lu aucune de ces oeuvres, sachez que d'une il n'est jamais trop tard pour bien faire, et de deux nous ne pourrons jamais nous comprendre.

Ensuite, si ce film est considéré comme le deuxième, il est en fait le premier à mériter le qualificatif de film. En effet, le premier film (Dr. Slump and Arale-chan: Hello! Wonder Island) ne dure que 24 minutes et n'est rien de plus qu'un épisode de la série, puisqu'il adapte une histoire du manga (le chapitre Bienvenue sur l'île des Merveilles !, dans lequel Senbei tente de créer un élixir d'amour pour la femme de sa vie, Mademoiselle Yamabuki Midori, à l'aide des conseils avisés d'un message vidéo de son paternel aujourd'hui disparu, ce qui l’emmène dans une aventure sur Wonder Island).
Ce deuxième film dure quant à lui une heure et demie, et son histoire est originale. Ou presque.
En fait, il mélange principalement deux histoires du manga, en enrobant le tout dans un gigantesque décor, celui de l'espace !

L'intro (hommage à celle du tout premier Star Wars, épisode IV, à peine voilé) pose déjà la patte de l'animateur. Quel animateur ? J'en ai pas encore parlé, pas la peine de relire du début ! Il s'agit de Rintarô himself !
Ah ! Déjà on rigole moins, là, hein ! On fait moins la moue dubitative que lorsque je me suis jeté les pieds dans le plat avec mon titre provocateur !

Par avance, mes excuses en ce qui concerne les images, qui sont de très mauvaise qualité, mais les sources en image étant maigres pour ce film, j'ai dû faire avec le système D ! -_-


Bref. Un gigantesque vaisseau en forme d'araignée s'approche d'une planète d'un air menaçant, accompagné de centaines de drones à forme d'insectes volants. Alors que l'énorme araignée survole les ruines, la surplombe un vaisseau en forme de tête d'Ultraman (on apprendra plus tard qu'il est judicieusement nommé Ultra Head). Au sol, un robot géant à forme humaine (avec quelques caractéristiques de cafard, un mélange typiquement Toriyama-esque) détruit à coups de poings métalliques les endroits encore indemnes.
Trois personnes sont responsables de ce massacre. Et alors qu'elles se glosent de leur victoire, elles décident d'en informer leur chef, le grand Mashirito ! Ce tyran est un scientifique de génie, créateur de robots destructeurs, dont l'ambition est de gouverner l'univers.
Mégalomane, pervers, pourri gâté, les fans de Docteur Slump connaissent parfaitement ce personnage, inspiré sans détour par l'éditeur de Toriyama, M. Torishima.
Le temps du film, il passe donc de "simple savant fou", désireux de surpasser Senbei Norimaki en construisant un robot (ses fameuses séries de Caramel Man) capable de battre Arale, au statut un poil supérieur de tyran galactique, dont l'ambition est de renvoyer Palpatine, Darkseid et Freezer au bac à sable des petits chefs.
Sa seule erreur, du genre qui lui tombera sur le bec avec la puissance d'un N'cha Bazooka, est de vouloir épouser Mademoiselle Yamabuki. Dès lors, on sait que c'est mort pour la conquête spatiale.
D'autres aspects du personnage de Mashirito sont donc mis en avant dans ce film. Si dans le manga, Mashirito n'est intéressé que par la construction de robots supérieurs en force à Arale, ici, c'est un homme qui s'est construit un robot géant qui lui sert de mère, qui se vernit les ongles, les laisse pousser plus que de raison, se maquille pour les grandes occasions, et porte bagues et bracelets en grande quantité. Je ne sais pas en quoi cela conditionne son rapport avec la gente féminine, mais il se comporte comme un enfant gâté qui ne supporte pas la contrariété et ignore le sens de mots tels que "haïr" et "lâche". Ce qui lui donne un côté pathétique, et donc quelques circonstances atténuantes. On en vient facilement à le plaindre. Il a donc choisi Midori comme femme.

Mlle Yamabuki est ici professeur, comme dans la série. Il y a en fait un seul changement. Lorsqu'elle était petite, elle s'est perdue dans le parc d'attraction de l'île de la Grande Ville. Alors qu'elle cherchait ses parents, elle entra dans une fusée.

Manque de pot, c'était une fusée en partance pour la planète TakeyaSaodake (qu'on pourrait traduire par "la planète aux bambous"). Là-bas, le roi et la reine de la planète adoptèrent Midori. Mais, voyant que la petite Midori avait le mal du pays, ils décidèrent de l'y renvoyer.
Alors, à ce stade du récit, ne vous attendez pas à en savoir plus sur ses vrais parents, parce que rien n'y fait mention !
Toujours est-il que Midori a reçu un message : Sa mère adoptive est affaiblie par la maladie. Midori décide donc, souffrant de toute évidence du syndrome de Stockholm (je rappelle qu'elle a quand même été enlevée petite), de retourner définitivement sur une planète qu'elle n'a connue qu'un temps relativement court, pour venir en aide à des personnes qui posent des fusées comme des pièges à rats et qu'elle appelle facilement papa / maman !
Brave fille !

Mais ! Retournement de situation ! Ce message était un piège de Mashirito pour faire venir Midori à lui, à l'aide du vaisseau de Rencontre du Troisième Type !

Même s'il ignore cela, Senbei refuse de ne plus voir Mlle Yamabuki, et décide d'aller la rejoindre, même s'il faut pour cela aller à l'autre bout de l'univers, accompagné de Taro, Pisuke, Akane (dont le rôle constituera la plupart du temps à faire de la figuration), ainsi bien sûr que d'Arale et Gatchan.
En bon génie qu'il est, et grâce au soutien moral d'Arale, Senbei bricole en deux temps trois mouvements un vaisseau, qu'il baptise le Slump Go, et l'apport de Rintarô nous permet aussi de savourer quelques clins d'oeil à la première série de Captain Harlock ! ça fait toujours plaisir !
Le seul petit problème, c'est qu'il a oublié de construire des toilettes dans le vaisseau...
Bref, les arrêts interstellaires pour les pauses pipi sont l'occasion de clins d'oeil à quelques illustrations de Toriyama pour le manga, comme le dino bleu à bottines, ou encore le robot qui court comme Arale !

Arrivée sur TakeyaSaodake, Midori est accueillie par une armée de Stormtroopers !

Là, normalement, elle devrait déjà se dire que ça commence à puer du cul, mais bon, étant aussi accueillie par le majordome de ses "parents", Toriyama en personne, elle doit se dire que ça peut aller, quand même.
Elle finit par revoir le roi et la reine dans un écran, et surprise ! La reine n'est pô du tout souffrante !
Et pour parachever le tout, c'était un piège ! Bon, nous spectateurs, on le savait déjà, mais pour la pauvre Midori, c'est le choc !
C'est vrai, mettez-vous à sa place, les deux personnes qui l'ont enlevée dans sa jeunesse et qui ont réussi par je-ne-sais quel genre de lavage de cerveau à faire en sorte qu'elle les appelle "Père et Mère" lui ont tendu un piège ! Si on ne peut même pas avoir confiance en des ravisseurs d'enfants, en qui pouvons-nous avoir confiance ? Monde de merde...
Au passage, Toriyama est ici devenu le serviteur dévoué de Mashirito... on reste dans la logique hiérarchique ! Laughing
Mashirito a en fait évincé le roi et la reine de la planète du trône et a contraint ces deux-là, d'une façon qui ne sera jamais dévoilée (moi je dis "dessous de table et pots-de-vin") ! Il faut noter, puisque ça n'a pas encore été dit, que c'est en tombant sur une photo de Midori, après avoir conquis TakeyaSaodake, que Mashirito a décidé d'épouser la donzelle.
Toujours est-il qu'il se présente à sa future moitié par un rock endiablé, habillé comme John Travolta dans Saturday Night Fever !

"Beyond Space ! Beyond Time ! My Love Forever !"

A ce stade du visionnage, je pense qu'il est temps de vous dévoiler le nom du comédien qui interprète Mashirito pour cette occasion unique !
Il s'agit du grand Yasuo Yamada ! Monsieur Lupin III en personne !
Et je ne saurais dire pourquoi, mais son timbre de voix particulier apporte à Mashirito la crédibilité nécessaire à ce comportement inédit au manga !
"I Love You Love Mashirito ! We Love They Love Mashirito ! Haa !"


Après cette danse prénuptiale, comment Midori pourrait-elle refuser le mariage ?
Aussi fou que cela puisse paraître (je veux dire, quelle femme refuserait de vous épouser après lui avoir fait un numéro de Staying Alive ? Une folle, assurément !), elle refuse, la gourgandine !

Au même moment, Mashirito et Midori apprennent qu'un vaisseau étranger se dirige vers eux. C'est bien sûr le Slump Go. Mashirito menace alors Midori : Si elle refuse de l'épouser, il détruira leur vaisseau ! C'est donc à contrecœur que Mlle Yamabuki accepte de devenir Madame Mashirito !
Et pendant ce temps, Senbei et Cie s'arrêtent sur une planète à forme d'ovule, Okaka-Ume (ou PrunOkaka en VF, oui, le Okaka est un genre de poisson séché......... Quoi ?), toujours dans l'optique d'un tourisme pratique (comprenez les arrêts pipi).
Mais alors qu'ils empruntent une route pour chercher des toilettes que jamais ils ne trouvèrent, nos amis tombent sur Suppaman ! Incroyable découverte ! Ils se trouvent sur la planète d'origine de Suppaman !

Ce dernier leur révèle que sa planète a été attaquée pendant son absence par l'armée du "plus grand méchant de l'univers", Mashirito (et que du coup il se trouve être le dernier Okaka-umenien !).

Sachant maintenant à qui il a affaire, Senbei s'empresse de partir sauver Midori, au mépris de sa vessie et de celle de ses amis (je suis sûr qu'il le regrettera, quelques années plus tard).
Pendant ce temps, Arale était restée près du Slump Go, ce qui lui a permis de faire une partie de catch avec le super-robot de Mashirito (le cafard humanoïde dont je parlais au début de ce papier virtuel) et l'envoyer valdinguer contre l'Ultra Head par la même occasion, et de sauver le Slump Go accessoirement.
Suppaman aurait pu accompagner l'équipe dans leur aventure... s'il n'avait pas loupé le décollage du vaisseau à cause de son monologue inutile. Soit dit en passant, je ne comprends pas cette nécessité qu'ont certaines personnes de parler, parler, parler. Vraiment, ça me dépasse, ça.

Pendant que les préparatifs du mariage avancent (et que Mashirito estime qu'une sucette pour tous les invités constitue un banquet de qualité), le Slump Go est assailli par les drones insectoïdes. On va pas se le cacher, c'est le Star Wars Time à ce moment-là ! Souvenez-vous des combats à bord du Condor Millénaire Faucon Millenium dans l'épisode IV, avec Luke Skywalker sur les mitraillettes lasers ! Hum ? Ben, c'est pareil ici ! Sauf que bien sûr, dans Star Wars ils avaient pas une Arale et un Gatchan, eux ! Laughing
Ensuite, dernier obstacle, le vaisseau-araignée ! Laissez Arale et Gatchan s'y amuser quelques temps et ça rigole tout seul !

C'est ensuite le dernier acte ! Le combat entre Caramel Man, le robot le plus puissant de Mashirito, et Arale !

Pour Arale, c'est surtout l'occasion de s'amuser. Et s'amuser pour Arale, ça implique de se prendre une planète dans la tronche et de balancer du caca aux yeux de son adversaire.

Du vrai caca.

Je n'ai pas cherché à savoir d'où il venait.

Pour Arale, toute occasion est bonne pour rigoler. Mais il y a une seule chose qui la met hors d'elle, c'est qu'on fasse pleurer ses amis.

Midori a beau dire qu'elle aime Mashirito et qu'elle souhaite rester à ses côtés, les larmes qui coulent sur ses joues ne sont pas des larmes de joie.
C'est alors l'occasion d'assister au plus puissant Arale Punch de tous les temps !

Senbei prouve ensuite, une fois de plus, qu'il est le seul être sensé dans cet univers, en cherchant à protéger Midori du roi et de la reine, ces deux fourbes personnes qui retournent leur veste à la vitesse de l’éclair. Malheureusement, le lavage de cerveau de Midori semble s'étendre à tous ceux qui l'approchent, aussi géniaux fussent-ils !
Au fait, le nom du roi : Saodake. Celui de la reine : Takeya.
Dans l'univers de Toriyama, il y a une règle immuable : Les plus grands tyrans donnent leur nom à leur planète (ou tiennent leur nom de leur planète, on spécule encore dessus). Niko-chan, Freezer, Vegeta. Je dis ça, je dis rien.

Quant à Mashirito, il retourne vers la seule chose qui lui reste, sa "mère". Mais même cette dernière finit en miettes. C'est sur un déchirant "Maman !" que l'on quitte ce triste sire !
Et sur un air de Mechanko que le film se termine !

"Ho Yo Yo de Hoï !"


Que rajouter ? Ce film est une véritable claque ! Tout est un ravissement ! Pour les yeux, avec le chara-design de Toriyama et l'animation de Rintarô, ainsi que les nombreux emprunts des deux artistes à différents classiques (Star Wars, Captain Harlock, pour les plus visibles), la musique de Shunsuke Kikuchi (on ne devrait rien avoir à rajouter une fois qu'on a évoqué Shunsuke Kikuchi, le nom en lui-même est synonyme de qualité), et les nombreuses trouvailles qui parsèment le film. Certes, il s'inspire dans les grandes lignes de deux histoires (l'Ambition du Docteur Mashirito et le Plus Gros Bye'cha du Monde), mais il réussit à en tirer quelque chose de bien plus épique encore !
Et les côtés absurde, scato, non-sensiques qui faisaient tout le sel de l'oeuvre originale sont aussi présents et participent énormément à l'ambiance foutraque et délirante de ce Space-Opéra tout à fait digne de Toriyama !
Par exemple, il faut noter l'apparition de Kinoko, la petite gamine pseudo-branchouille des bacs à sable, dans une scène aussi inutile qu'hilarante, à base de fantasmes d'amour estival et de franponais très approximatif ! Un grand moment !
Si vous êtes fan de Dr Slump, ou si vous vous demandez vers quoi vous tourner pour passer un bon moment sans avoir l'impression de perdre votre temps, je vous recommande très chaudement Dr. Slump: "Hoyoyo!" Space Adventure !
C'est avec le sourire jusqu'aux oreilles que l'on finit le visionnage de ce petit bijou d'humour !
Par contre, si vous vous demandez quel est l'intérêt d'une oeuvre dans laquelle l'héroïne principale est un robot dont l'une des particularités exceptionnelles est de péter (et de trouver ça drôle, l'insolente), alors passez votre chemin, parce que si vous vous posez ce genre de question, c'est que vous vous êtes perdu à un moment donné, dans votre jeunesse ! Et contre ça, on ne peut rien faire, c'est une histoire de quête personnelle !
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Publicité






PostPosted: Thu 19 Feb - 13:32 (2015)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
veggie11
Modérateur

Offline

Joined: 22 Nov 2014
Posts: 660
Localisation: Valais central (Alpes suisses)
Féminin Poissons (20fev-20mar) 蛇 Serpent
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Thu 19 Feb - 15:13 (2015)    Post subject: Ces Films Animés qui Vous ont Marqués Reply with quote

Le 17 janvier 2013, j'avais parlé d'un film d'animation atypique qui m'avait particulièrement impressionné :

Cette fois-ci, mon avis portera sur un anime qui fit polémique tant au Japon qu'aux Etats-Unis (eh oui) ! Pourquoi polémique me diriez-vous ? Eh bien vous allez rapidement comprendre pourquoi... Wink


Chirin no Suzu - Ringing Bell (1978)



Ces derniers temps, je m'intéresse aux anime sortis aux USA dans les années 80 en dehors des circuits TV (qui il faut l'avouer ne proposaient que très peu de DA japonais comparé à la France durant la même période). Mais il y eut tout de même un certain nombre de films d'animation ou de débuts de séries (comme Crocus, Angie détective privé, Lydie, Pollen) essentiellement destinés à un jeune public et donc proposés en cassette dans une adaptation honnête et respectueuse (en général) de l’œuvre.

C'est le cas de ''Chirin no Suzu'' - littéralement : La clochette de Chirin - sorti en cassette en 1989 (inédit en France). Sous des dehors de film enfantin avec pour héros un agneau craquant et jovial se cache en réalité un film d'animation dont la cible ''Tout public'' prêta à discussion aux États-Unis, en raison d'une histoire qui bascule d'un univers poétique et enfantin à une ambiance sombre et tragique. Information étonnante : ce film a été réalisé par les studios Sanrio, connus avant tout pour leur personnage Hello Kitty !

Adapté d'un livre pour enfants écrit par Takashi Yanase (auteur d'Anpanman), ce film conte l'histoire de Chirin, un très jeune agneau turbulent et insouciant, qui ne prête guère d'attention aux avertissements de sa maman. Un jour, un loup vivant dans les montagnes surgit dans la bergerie et tue la mère de Chirin alors qu'elle cherche à protéger son petit. Chirin jure de se venger et quitte son lieu de naissance où il ne trouve aucun soutien pour la montagne. Amusé par les menaces de l'agneau, le loup promet de l'entraîner pour obtenir cette force que désire tant l'agneau. Bien des années après, Chirin et le loup sont devenus partenaires et sèment la terreur dans la région. Chirin, désormais adulte, a perdu de son innocence; il est devenu violent et cruel... exactement comme son pire ennemi. Mais le jour où le loup lui propose de s'attaquer à la bergerie où est né Chirin, ce dernier se retrouve confronté une nouvelle fois à son passé...


Dans le domaine des anime dépressifs, ''Chirin no Suzu'' remporterait haut la main ex-æquo avec ''Le Tombeau des lucioles''. Ici, aucun message d'espoir, aucun happy-end. Le ton du film est dur et tragique. Certaines scènes sont d'une violence étonnante pour un film Tout public. Chirin passe du statut d'agneau innocent à celui de créature proche du démon (son apparence d'adulte le souligne davantage), prêt à côtoyer son pire ennemi pour réclamer vengeance et qui finalement, est devenu comme lui. Et même s'il parvenait à obtenir vengeance, la vie de Chirin aura-t-elle toujours un sens ?

''Chirin no Suzu'' est un film bouleversant, de quoi perdre le moral à la fin de l'histoire, mais il fait également réfléchir. Chirin a-t-il finalement eu raison de venger sa maman en tuant le loup qui est devenu comme un père au fil des années ? Le loup ne fait-il au fond que respecter la dure loi de la nature ? Vaut-il mieux rester dans l'univers que l'on a connu plutôt que de se confronter à l'inconnu au risque d'y perdre son identité ?

La réalisation est restée très convenable pour l'époque et le film nous gratifie de quelques chansons superbes (j'ai regardé ce film en japonais) qui nous plongent dès le départ dans l'ambiance. Petit clin d’œil côté doublage : le personnage de Chirin adulte est doublé par Akira Kamiya (Ryô Saeba, Ken le survivant, Shun Mitaka/François) dans un rôle très différent de ce qu'on a l'habitude d'entendre de sa part !



_________________
Titres méconnus et doublages égarés, voilà les deux principaux thèmes qui nourrissent ma passion pour les anime.

En pleine découverte des comics de super-héros.
Back to top
Visit poster’s website
Yupa


Offline

Joined: 26 Nov 2014
Posts: 725
Localisation: Paris
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Fri 9 Oct - 21:00 (2015)    Post subject: Ces Films Animés qui Vous ont Marqués Reply with quote

 Etonnant !  Shocked
 Mais au fait, ce "Chirin no suzu", c'est "Lorenzaccio", d'Alfred de Musset ! à peu de chose près en tout cas...
_________________
"La seule adoption de l'enfermement des femmes en sérails nous rendrait en peu de temps barbares, et la seule libération des femmes du carcan qu'elles subissent ferait passer les barbares à la civilisation." (Charles Fourier, 1808)
Back to top
veggie11
Modérateur

Offline

Joined: 22 Nov 2014
Posts: 660
Localisation: Valais central (Alpes suisses)
Féminin Poissons (20fev-20mar) 蛇 Serpent
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Sat 10 Oct - 09:18 (2015)    Post subject: Ces Films Animés qui Vous ont Marqués Reply with quote

Je m'étais un peu renseignée à propos de ce Lorenzaccio (je ne connais d'Alfred de Musset que son ''On ne badine pas avec l'amour''), et je pense que ta comparaison est pertinente : on retrouve pas mal de points communs dans les deux œuvres, comme cette relation ambigüe entre les deux protagonistes, pourtant ennemis au départ. Ce n'est sans doute pas pour rien si le film ''Chirin no Suzu'' a connu une certaine polémique, tant au Japon qu'aux USA, à sa sortie et qu'il a marqué toute une génération.
_________________
Titres méconnus et doublages égarés, voilà les deux principaux thèmes qui nourrissent ma passion pour les anime.

En pleine découverte des comics de super-héros.
Back to top
Visit poster’s website
Yupa


Offline

Joined: 26 Nov 2014
Posts: 725
Localisation: Paris
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Mon 23 May - 09:23 (2016)    Post subject: Ces Films Animés qui Vous ont Marqués Reply with quote

 Pourquoi pas ici ? Hana et Alice mènent l'enquête est un superbe film que je viens de voir avec l'ami Xanatos entre autres, film à ne pas rater, mais je ne vais pas ouvrir un topic sur les oeuvres de Shinji Iwai, le réalisateur (venu des clips vidéos), puisque personne ne nous a diffusé son premier long métrage, également paraît-il consacré à Hana et Alice.
 Rien que d'avoir assisté à ce petit chef-d'oeuvre nous a illuminé de joie la Passoire à Nouilles pissant la pluie qu'on appelle la Canopée des Halles : comme on voit, je lui ai trouvé un autre nom...
 Dans bien des films ou animés sur les ados, ils semblent trop adultes ou trop enfants, et tellement artificiels que presque tout est prévisible. Pas ici ! ils / elles sont vrais ! inattendus parce qu'ils découvrent le monde réel, et que celui-ci les dépasse un peu encore - bien que parfaitement banal et quotidien. Dans un film qui ne contient nul élément fantastique, on y sent leurs projections mentales, leurs délires. Aucun idéalisme : le sadisme latent de toute une classe de lycée qui cherche vaguement un bouc émissaire à persécuter ("ijime", mais qui n'a rien de spécifique aux Japonais !) se ressent, mais aussi ses imprévisibles et irrationnels renversements d'opinion. Aucune morbidité : le réel est plat, mais habité par des êtres qui ne nous ennuient nullement. En particulier, on aime forcément Alice, pas du genre timide ni à se laisser faire, on est intrigué par l'étrange Hana, et toutes les deux sont imprévisibles en quelque sorte, quoique normales, vraies ados quoi.
 Il ne se passe "rien", et il se passe tout le temps quelque chose (on comprend pourquoi l'auteur se voyait jadis comme romancier). L'enquête menée par Alice et Hana foire totalement, et réussit pourtant. Les dialogues excellent dans ce qui est pour moi la grande qualité asiatique : dire beaucoup en très peu de mots (juste l'inverse du style français). Enfin l'humour des situations est tout à fait jouissif (pour les adultes, les enfants dans la salle n'y comprenaient pas grand-chose et s'ennuyaient). 
_________________
"La seule adoption de l'enfermement des femmes en sérails nous rendrait en peu de temps barbares, et la seule libération des femmes du carcan qu'elles subissent ferait passer les barbares à la civilisation." (Charles Fourier, 1808)
Back to top
Yupa


Offline

Joined: 26 Nov 2014
Posts: 725
Localisation: Paris
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Thu 3 Aug - 21:53 (2017)    Post subject: Ces Films Animés qui Vous ont Marqués Reply with quote

Moi moche et méchant 3 :
C'est excellent ! Exemple rare de suite d'un fort bon premier film, suivi d'un meilleur encore n°2, et d'un film n°3 qui rehausse encore la qualité !
Le rythme ne subit aucune faiblesse, l'animation est époustouflante, et le méchant est hilarant ! Les personnages principaux ont un rôle équilibré, y compris les Minions, qui ne tirent pas la couverture à eux tout en livrant une prestation génialement drôle. Les aperçus psychologiques ne manquent pas, entre Gru et son frère Dru, ou entre Lucy et les fillettes. On rit sans arrêt !
Ne ratez pas ce film !
_________________
"La seule adoption de l'enfermement des femmes en sérails nous rendrait en peu de temps barbares, et la seule libération des femmes du carcan qu'elles subissent ferait passer les barbares à la civilisation." (Charles Fourier, 1808)
Back to top
Yupa


Offline

Joined: 26 Nov 2014
Posts: 725
Localisation: Paris
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Fri 3 Nov - 09:40 (2017)    Post subject: Ces Films Animés qui Vous ont Marqués Reply with quote

LES BOXTROLLS

par Graham Annable et Anthony Stacchi, 2014, diffusé hier sur France 4.

Quelle bonne surprise ! Je m'attendais à quelque chose de puéril, chais pas, le titre sans doute. Or dès les premières images, on est agréablement surpris par le niveau de dessin, la qualité d'animation et l'étrangeté de cette chasse aux petits monstres.
En soi, le film n'a qu'un pitch de base assez usé : des créatures zarbis et moches, pourtant gentilles, perçues comme monstrueuses et persécutées en conséquence, notamment par un fanatique, finalement réhabilitées et sauvées par un enfant ou deux. On a déjà vu ça maintes fois. Mais ici, c'est tout le reste qui en fait une fable brillante : univers déjanté aux rites et spectacles absurdes, anatomies grotesques, machineries loufoques genre steampunk déglingué, méchant totalement fou et même suicidaire au final, décors virtuoses et tarabiscotés...
Une aristocratie fondée sur le port de hauts chapeaux blancs et la dégustation du fromage, fallait l'oser !
Le sens graphique de l'animé est éblouissant, le rythme soutenu, l'intrigue parfaitement menée. Quant à l'ambiance franchement glauque, elle évoque de près Numéro 9, cette superbe production Tim Burton, ou encore Coraline de Henry Selick, deux petits chefs-d'oeuvre. Les boxtrolls développent tout un monde exraordinaire. Les deux enfants sont bien caractérisés (mention spéciale à la gamine, que j'ai trouvée très authentique). L'ignoble chef des Chapeaux Rouges est une totale réussite dans l'aspect, le machiavélisme, la psychologie obsessive !
On évitera peut-être d'emmener de très jeunes enfants voir ce film si l'on est un frileux du trauma.
Film à voir, dont on n'a pas assez parlé, très injustement !

Au fait, Feanor, j'avais zappé ton long compte-rendu de Doctor Slump, Hoyoyo, le Space Opéra et viens de le lire seulement : bravo, ta verve très drôle donne bien envie de le voir, même si tu spoiles un peu beaucoup !
_________________
"La seule adoption de l'enfermement des femmes en sérails nous rendrait en peu de temps barbares, et la seule libération des femmes du carcan qu'elles subissent ferait passer les barbares à la civilisation." (Charles Fourier, 1808)
Back to top
Yupa


Offline

Joined: 26 Nov 2014
Posts: 725
Localisation: Paris
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Wed 6 Jun - 10:33 (2018)    Post subject: Ces Films Animés qui Vous ont Marqués Reply with quote

Un film qui m'a "marqué" mais pas seulement en bien, vu le 3 juin avec Sharbett et Xanatos (qui en a parlé, ainsi que moi, dans le forum Animeland):


Mirai ma petite soeur


C'était une avant-première, et la sortie de ce long métrage du célèbre Mamoru Hosoda ne sera pas avant Noël prochain !


D'abord les qualités, indéniables : un côté "tranche de vie" réaliste, d'une petite famille moderne japonaise. Comme le père est architecte, la maison est vraiment jolie et originale, avec des décrochements et un petit jardin interne façon atrium. On se focalise sur le fils de 4 ans, Kun (terme générique qui veut dire "garçon", donc en fait il ne connaît pas son nom, ce qui joue un rôle intéressant vers la fin). La mère revient de la clinique avec un bébé, une petite fille. Très vite le garçon entre en crise de jalousie quand il constate que ses parents s'intéressent désormais aux soins du bébé, et qu'il a donc perdu son pouvoir sur eux. Ceci est bien observé, et correspond à une réaction très bien connue par les psys chez les enfants de 4 ans qui voient arriver un autre enfant : trop jeune pour rationaliser la chose et trop âgé pour englober cela dans une perception encore vague, très souvent il y a crise et "bataille" perpétuelle entre les deux enfants, et cela peut durer toute la vie. Le thème est donc sérieux. Mais heureusement, des passages oniriques remarquables vont servir de "leçons" au petit Kun, et comme on s'en doute, au final il aura intégré l'existence de sa soeur.
Dommage à mon avis qu'il faille supporter les cris et rages de Kun si longtemps dans le film, c'est irritant, et même angoissant quand on voit le petit garçon déjà assez fort commencer à cogner le bébé sans défense, à plusieurs reprises. 
Au total, comme je déteste ce genre de gamin, je n'achèterai pas la DVD ! 
_________________
"La seule adoption de l'enfermement des femmes en sérails nous rendrait en peu de temps barbares, et la seule libération des femmes du carcan qu'elles subissent ferait passer les barbares à la civilisation." (Charles Fourier, 1808)
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    MANGA COMICS CITY Forum Index -> MANGA COMICS CITY -> Anime & Animation All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group