MANGA COMICS CITY Forum Index

MANGA COMICS CITY
Tu as une âme de geek ? Alors ce forum est fait pour toi. N'attends plus, viens nous rejoindre.

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Number 5

 
Post new topic   Reply to topic    MANGA COMICS CITY Forum Index -> MANGA COMICS CITY -> Manga / BD / Comics
Previous topic :: Next topic  
Author Message
bub


Offline

Joined: 26 Dec 2014
Posts: 72
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Wed 25 Feb - 21:14 (2015)    Post subject: Number 5 Reply with quote


Taiyou Matsumoto est un de ces géants du manga célébré par tous les critiques mais hélas quasi inconnu du public.
Il est vrai que son style très particulier peut en rebuter plus d’un.
Pour vous présenter toute la dimension du bonhomme, Number 5 n’est peut-être pas l’œuvre la plus idéale, car très loin d’être la plus représentative de son travail. Mais ce manga est aussi celui où il explore le maximum son art et, à ce titre, celui qui me semble être le plus parlant sur son talent.
Le « genre » même de Number 5 n’est pas clairement défini. Science-fiction ? Fantastique ? Esotérique ? Difficile à classer. Et pour cause.
L’histoire est celle d’une organisation militaire chargée du maintien de la paix sur Terre, dans un futur indéfini. Les militaires composant les 9 brigades de cette armée sont tous issus d’un programme génétique leur conférant des capacités hors normes. Les meilleurs soldats de chacune des brigades forment le Conseil Rainbow et se voient attribués un numéro en fonction de leurs pouvoirs. Le plus puissant d’entre eux gouverne ce corps militaire et porte le numéro 1.
Cette armée de la paix a surtout un rôle de police partout sur Terre. Dans ce futur, la Nature est ravagée et le désert recouvre 70% de la surface. Les quelques poches d’humanité qui subsistent se sont regroupées ici et là et sont sous l’autorité directe de l’Armée mondiale, la « vraie » celle-là. Le Conseil Rainbow n’est en effet que le paravent des communicants de l’Armée mondiale qui a pour fonction de rassurer les habitants et d’accepter d’être dirigés par les militaires. Les immenses pouvoirs des « rainbows » ne servant qu’à appréhender des bandits et quelques malfrats.
Mais le nouveau leader du Conseil Rainbow, Number 1, a d’autres projets pour son armée de surhommes : établir un monde idéal, parfait, où chacun pourra enfin vivre en toute sérénité. Tous les autres membres du Conseil approuvent sa vision de l’avenir et sont prêts à le suivre. Tous, sauf Number 5, qui attaque sans raison apparente le Conseil et enlève la mystérieuse Matriochka. Number 1 décide alors de lancer les membres du Conseil à la poursuite de Number 5 avec ordre de l’abattre…



Voilà pour l’introduction.
A vrai dire, Matsumoto est très avare en informations qui concernent l’univers de Number 5 : les éléments se révèlent tout doucement, à doses homéopathiques, et les enjeux sous-jacents entre les différents rainbows, corps d’armée, expériences génétiques, ne nous sont suggérés qu’au bout de quelques tomes.
La raison en est simple : les conflits inter-armées ne sont pas le propos de Matsumoto.
Avant d’aller plus loin, il convient de présenter un peu plus longuement l’auteur. Matsumoto avait jusqu’ici dessiné des œuvres s’intéressant à des marginaux et à leur rapport à la société (japonaise), à divers niveaux : sportif, urbain, vieux, jeunes, orphelins… Leur point commun est un idéalisme radical ou plutôt, une douce mélancolie chez ses personnages qui voient leurs rêves s’évanouir. Aussi, ses œuvres montrent-elles la façon dont ses personnages se confrontent à la réalité, la façon dont ils vont affronter la fin proche de leur idéal : ici en se réfugiant dans l’imaginaire, là dans le mutisme, ou encore dans la dépendance totale à un entrainement sportif spartiate empêchant de gamberger…
Certes, on retrouve ce type de personnages dans Number 5, mais non plus dans un monde réel mais dans un futur imaginaire où quelques oasis d’humanité parsemées sur des îles ou au fond de vallées subsistent, où la biotechnologie réinvente de nouvelles espèces animales hybrides pour repeupler la Terre envahie par le désert, où les principales villes de la planète ressemblent à Disneyworld…
Et ça change tout.



Matsumoto multiplie ici les réflexions sur ce qui fait l’humanité, son avenir. La longue fuite de Number 5 pousse chacun des autres membres à méditer sur son propre rôle, sur sa place sur cette planète. « Créés » pour remplir une fonction précise (être les garants de la Paix), ils sont des privilégiés mais sentent confusément que quelque part, il leur manque une part d’humanité qui les lierait à quelque chose de plus essentiel, ce quelque chose que leur promet Number 1. Après tout, ne leur est-il pas interdit de se reproduire ?
C’est pourquoi pas mal de lecteurs ont été déstabilisés par la lecture de Number 5 : présenté comme une œuvre de science-fiction, celle-ci se révèle en réalité être une sorte de conte philosophique. Et Matsumoto s’en donne à cœur joie : il réalise là des prouesses graphiques, changeant de style au milieu d’une même planche, suggérant des concepts par le symbole et le dessin plutôt que par de verbeux discours. Chaque chapitre est le fruit d’un travail particulièrement dense sur ce que peut « dire » le médium de la bande dessinée, sans passer par l’écrit. Le dessin EST le langage de Matsumoto et l’exposé de sa philosophie.
Parfois, par les voix de Number 1 ou de « Papa », il sème quelques indices supplémentaires sur la façon dont il conçoit le rapport de l’humanité à la Nature. Mais des choses qui sans être naïves restent simples, presque évidentes. Le reste de son message passe par le dessin.
Autre point, les membres élus (et déchus…) du Conseil Rainbow sont liés les uns aux autres par une sorte de lien télépathique. Ils « ressentent » les sentiments des autres membres submergés par d’intenses émotions lors d’événements particuliers. Ainsi, la peur et la colère lors d’un combat. Ou le chagrin et le désespoir lors d’un meurtre.
Matsumoto dessine alors les combats des rainbows en fonction des émotions ressenties par les uns et les autres : le profil d’un personnage change en même temps que ce qu’il ressent. Ainsi les combats ne sont pas seulement spectaculaires mais aussi intensément dramatiques.

La violence n’est pas gratuite dans Number 5.
La série fait huit tomes en tout et est à ce jour la plus longue de Matsumoto. Mieux vaut la lire d'une traite tant il faut fournir un minimum de concentration à la lecture.
Par ailleurs, en plus d'explorer toutes les voies possibles qu'offre le médium de la bande dessinée, l'auteur rend très souvent hommage à des œuvres qui l'ont profondément marqué, comme Cyborg 009 ou Akira, dont on sent l'influence sur le scénario et « l'ambiance » particulière qui pèse sur les rainbows. Matsumoto se paie même le loisir de pasticher le style de Tezuka au détour d'un chapitre.
Concernant le dessin et la mise en scène si particulière de Matsumoto, j'y reviendrai plus tard. J'espère juste vous avoir donné envie de découvrir au plus vite Number 5 et pourquoi pas aussi les autres œuvres délicates et raffinées de cet auteur.  


Back to top
Publicité






PostPosted: Wed 25 Feb - 21:14 (2015)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
veggie11
Modérateur

Offline

Joined: 22 Nov 2014
Posts: 660
Localisation: Valais central (Alpes suisses)
Féminin Poissons (20fev-20mar) 蛇 Serpent
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Wed 25 Feb - 21:30 (2015)    Post subject: Number 5 Reply with quote

Moi qui voulais le lire depuis un bon moment, je crois que ton post m'a convaincu ! Je trouve qu'il y a un petit côté Moebius dans les décors et le choix des couleurs pour les premières pages, non ?
_________________
Titres méconnus et doublages égarés, voilà les deux principaux thèmes qui nourrissent ma passion pour les anime.

En pleine découverte des comics de super-héros.
Back to top
Visit poster’s website
bub


Offline

Joined: 26 Dec 2014
Posts: 72
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Wed 25 Feb - 23:34 (2015)    Post subject: Number 5 Reply with quote

Oui, tout à fait, Moebius fait partie des auteurs occidentaux dont Matsumoto revendique l'inspiration. Disons qu'entre ces deux auteurs, il y a une parenté non pas de style, mais une même approche dans la façon d'aborder la bande dessinée. 
Ici c'est clairement un hommage dès les premières pages.
Matsumoto site aussi souvent Miguelanxo Prado et Nicolas de Crecy parmi ses autres inspirations européennes. 


Je te recommande vivement Number 5, l'édition de Kana étant de grande qualité qui plus est, tu ne le regretteras pas.  
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    MANGA COMICS CITY Forum Index -> MANGA COMICS CITY -> Manga / BD / Comics All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group