MANGA COMICS CITY Forum Index

MANGA COMICS CITY
Tu as une âme de geek ? Alors ce forum est fait pour toi. N'attends plus, viens nous rejoindre.

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Ces séries qui ne sont (toujours) pas animées
Goto page: <  1, 2, 3
 
Post new topic   Reply to topic    MANGA COMICS CITY Forum Index -> Autres -> La taverne
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 948
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Mon 24 Jun - 11:11 (2019)    Post subject: Ces séries qui ne sont (toujours) pas animées Reply with quote

Vu Punisher saison 2, enfin, et grosse déception, parce que :
*Attention légers "sépaleurs chéri !"*







- Deux histoires qui n'ont pas le moindre lien entre elles, le gros défaut des autres séries Marvel Netflix.
- Une simple redite de la première saison, mais en moins bien, sans l'unité de celle-ci qui elle avait un vrai propos sur les vétérans de guerre. Là c'est juste Castle contre les mercenaires qui doit protéger une chieuse, et ohlàlà les méchants chrétiens...
- Les trois nouveaux perso principaux sont mal écrits. La première (la gamine) est insupportable, le second est survolé avec une fin en mode ballec' total (l'ex nazi devenu bigot... oui, un prêtre nazi, admirez l'originalité des scénaristes TV), et enfin la troisième (la psy de Billy Russo,
le méchant de la première saison
) est un autre cliché, celui de la psy qui tombe amoureuse de son patient et le suit dans son délire. Ah, y a aussi le flic noir intègre qui joue à peu près le même rôle que Madani la saison précédente. D'une subtilité rare.
- En parlant de subtilité et d'originalité, spéciale dédicace au perso du gros beauf blanc qui emmerde les gens dans le bus sans raison, au début de l'épisode 3 je crois, et qui porte un t-shirt qui dit littéralement "j'ai une grosse b*te". Là on était au sommet de l'écriture, un gros doigt d'honneur bien gras en direction de la première saison et de ses fans. Du grand art.
- Et purée, même pas un mot à la fin sur la barmaid et son fils, dix mille fois plus intéressante en l'espace d'un seul épisode (même dans sa relation avec Franck Castle) que n'importe quel autre nouveau perso de cette saison.


J'ai même pas envie de me casser le derche à développer tellement j'ai été déçu de cette saison. Les meilleurs épisodes sont inévitablement ceux écrits par le créateur de la série Steve Lightfoot, à savoir les épisodes 1, 2, 10 et 13 (comme par hasard ceux qui restent les plus concentrés sur Castle). Et les seuls vrais bons points se trouvent du côté des scènes de combats toujours aussi bien fichues, sanglantes et sauvages (et bien plus nombreuses que dans la première saison, et heureusement d'ailleurs, sinon je me serais bien emmerdé devant ces treize épisodes sans intérêt), ainsi que de Castle, toujours aussi impressionnant par son côté brisé, maladroit et fermé. Là dessus, Jon Bernthal est le meilleur choix possible !


Malheureusement, je craignais d'être déçu et ce fut le cas.
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Publicité






PostPosted: Mon 24 Jun - 11:11 (2019)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 948
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Tue 15 Oct - 09:53 (2019)    Post subject: Ces séries qui ne sont (toujours) pas animées Reply with quote

Vu El Camino.








Suite directe du dernier épisode de Breaking Bad, le film met au premier plan le voyage final de Jesse Pinkman, échappant aux forces de l'ordre et renouant avec ses anciennes connaissances, les bonnes comme les mauvaises, l'occasion aussi pour lui de se souvenir. Mais avant tout, il met tout en oeuvre pour se rapprocher de son sanctuaire, et ça ne se fera pas sans difficultés.

Loin de faire du fan-service, Vince Gilligan reste fidèle à son style et son leitmotiv, la cohérence et le sujet avant tout. Les "caméos" et les flashback servent toujours l'histoire, ils ont tous une fonction, ils servent l'avancée du scénario et le but de Jesse. Donc, ne vous attendez pas à revoir tous les perso mémorables des 5 saisons de la série, ceux qui apparaissent ici sont justifiés par le récit.
Cela étant dit, ça reste malgré tout un film pour les fans de l'univers développé par Gilligan depuis 2008, un énorme "Merci" qui ne parlera pas à ceux qui n'ont jamais vu la série. Pas de résumé, pas de remise en contexte, à peine 5 secondes d'images du dernier épisode, et uniquement consacrées à Jesse. Bref, un film pour les fans de Breaking Bad, oui, mais surtout un film qui se respecte et respecte ses fans.

C'est un immense plaisir de retrouver Jesse et tout le cast réuni ici ainsi que de découvrir de nouveaux personnages, des perso qui ne détonnent pas une seule seconde avec les habituels. On se dit même que si Gilligan voulait faire une véritable suite à BB, il aurait déjà de quoi faire. Ce type a un vrai don pour créer à chaque fois des personnages mémorables, à un point tel qu'à les voir prendre vie dans ses oeuvres on se dit que ça doit être facile pour lui. Par exemple, rien que le concierge de l'immeuble où vivait Todd, en l'espace de quelques séquences, de quelques répliques, on a l'impression qu'il était là depuis le début de la série !
Jesse retrouve également des gens qui ne sont jamais apparus dans la série, mais qu'il a pourtant connus au cours de celle-ci, et c'est pareil, on n'a aucun mal à le croire, on en vient même à se demander s'ils n'y étaient pas effectivement présents.

Une écriture soignée, des acteurs convaincants, tout va bien. Ou presque. Je suis sûr que Gilligan a grincé des dents quand il a vu que Jesse Plemons, l'acteur qui interprète Todd, avait pris un sacré embonpoint depuis la fin de BB, et malheureusement ce sont les risques du métier quand on tourne une suite directe quelques années après. La cohérence en prend un coup, mais bon, dans Better Call Saul ce bon vieux Mike fait plus vieux que dans BB...
La réalisation est impeccable, la photo est superbe, quelques cadrages sortent du lot (notamment la scène de fouille dans l'appart de Todd), mais j'ai tout de même trouvé le réalisateur un peu trop sage sur l'ensemble des deux heures. Je reverrai le film de toute façon, j'aurai peut-être un avis différent alors. Mais connaissant les capacités du bonhomme, j'en attendais plus. Cela dit ça reste du très bon niveau, on garde tout de même de superbes panoramas et niveau FX, même si le film n'en fait pas des caisses (et n'en a de toute façon pas grande utilité), il nous livre une excellente scène de gunfight et une pratain d'explosion spectaculaire dans son troisième acte.

Et puis des scènes de dialogue absolument merveilleuses, des moments émouvants, d'autres déchirants, une conclusion magnifique qui transpire tout l'amour que porte Gilligan envers ses personnages et les acteurs qui les ont fait vivre, une conclusion méritée à l'arc de Jesse, un épilogue qui ne détruit en rien la mythologie d'une série déjà mythique. J'ai pas vu passer les deux heures, c'était une leçon de narration grisante et exemplaire. J'adore, je suis définitivement un fan inconditionnel de Vince Gilligan.
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    MANGA COMICS CITY Forum Index -> Autres -> La taverne All times are GMT + 1 Hour
Goto page: <  1, 2, 3
Page 3 of 3

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group