MANGA COMICS CITY Forum Index

MANGA COMICS CITY
Tu as une âme de geek ? Alors ce forum est fait pour toi. N'attends plus, viens nous rejoindre.

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

De Dragon Ball à Dragon Ball Super
Goto page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
 
Post new topic   Reply to topic    MANGA COMICS CITY Forum Index -> MANGA COMICS CITY -> Anime & Animation
Previous topic :: Next topic  
Author Message
DD69
Administrateur

Offline

Joined: 22 Nov 2014
Posts: 800
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Sun 14 Jan - 21:50 (2018)    Post subject: De Dragon Ball à Dragon Ball Super Reply with quote

Tes images ne sont pas affichées. Tu devrais essayer un autre hébergeur,
_________________
Voici un autre forum de manga. Je ne prends plus de membre ici. Veuillez vous inscrire sur le lien de la signature ou sur la page d’accueil.
Merci

https://forum-mangagenshiken.forumactif.com/
Back to top
Visit poster’s website Skype
Publicité






PostPosted: Sun 14 Jan - 21:50 (2018)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Mon 15 Jan - 11:58 (2018)    Post subject: De Dragon Ball à Dragon Ball Super Reply with quote

Oh purée... -_-
Hostingpics a fermé et je n'arrive pas à trouver un hébergeur d'images aussi bon, qui permet de sortir des images dont on peut choisir la taille...
Je vais essayer de trouver quelque chose de bien, mais je galère.

Edith : Ah ! A y est ! J'ai trouvé, c'est un peu plus chiant, il faut que je redimensionne moi-même les images, mais c'est le moyen le plus sûr ! ^^
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Sun 21 Jan - 14:30 (2018)    Post subject: De Dragon Ball à Dragon Ball Super Reply with quote

Dragon Ball Super
Episode 124
Shippû Dotô no Môshyû
Gohan Hai Sui no Jin !!
Un Assaut Effroyablement Violent !
L'Abnégation de Gohan !!


"Diantre. Est-ce là toute votre vitesse, Monsieur Dyspo ?"




Jiren est décidément un adversaire redoutable. Gokû et Vegeta ont beau dépasser leurs limites, lui, bien que mis en difficulté, semble toujours garder des forces en réserve. Du côté de Freezer, son adversaire, le véloce Dyspo, continue de le dominer par sa vitesse exceptionnelle. L'ex-tyran maléfique lui propose alors une alternative : Malgré la puissance écrasante de Jiren, il n'est pas dit que celui-ci puisse mettre Gokû et Vegeta hors-jeu dans le court laps de temps qu'il reste au Tournoi de Puissance, et Dyspo n'est pas assez fort selon lui pour l'emporter dans leur duel. A cinq contre trois, c'est l'Univers 7 qui est en bonne voie pour survivre. Mais si Dyspo promet de le ressusciter avec les Super Dragon Ball, il aidera l'Univers 11 à remporter la victoire.
S'agit-il d'une véritable proposition ou d'un énième piège de Freezer ? Toujours est-il que Dyspo refuse catégoriquement l'accord, hors de question de négocier avec le mal ! Il utilise alors ses dernières ressources et déploie une force et une vitesse supérieure, face à Golden Freezer. Voyant qu'il est en difficulté, Gohan intervient pour lui porter secours, laissant C-17 seul face à Toppo. A-t-il pris la bonne décision ? Ne risque-t-il pas d'être trahi par Freezer ?



C'est le combat Dyspo contre Freezer qui occupe les attentions cette semaine, mais c'est avec l'intervention de Son Gohan que les choses deviennent intéressantes. La série continue de jouer sur l'ambiguïté avec l'ennemi passé (?) de Gokû, qui s'amuse visiblement à faire douter ses camarades sur sa loyauté envers l'Univers 7. Mais après tout, c'est bien son genre de tout tenter pour survivre quelle que soit la conclusion. Gohan n'y va pas par quatre chemins, il sait qu'il peut lui faire confiance dans le cadre du tournoi, mais l'avertit tout de même, en cas de trahison il le mettra hors-jeu lui-même.

Et dans cette joyeuse ambiance de camaraderie, c'est Dyspo qui semble le plus héroïque, sans grande surprise. Je pensais qu'il serait facilement mis hors-jeu, mais il est plus coriace qu'il n'en avait l'air jusqu'ici et sa force véloce pose beaucoup de problèmes, ce qui amène au final de l'épisode que personnellement, je n'avais pas vu venir (du moins pas avant d'avoir vu ledit épisode).



Reste qu'au bout du compte, le lapinou véloce n'est pas l'attraction principale mais juste un élément déclencheur, celui qui amène les choses, à savoir la relation de Freezer au sein de l'équipe Univers 7. Resté à l'écart du groupe la majorité du temps, il n'inspire pas plus confiance que ça à ses alliés, et lui semble trouver cela amusant. Et vu qu'il n'arrête pas de jouer au jeu de "celui qui peut trahir à tout moment mais en fait non", il faut s'attendre à ce que ça arrive, évidemment. Mais que cela arrive ou pas, Freezer est un élément intéressant dans cet arc, car il apporte le danger, l'aspect imprévisible, le piment au sein de l'équipe. Il relève le plat.

A suivre !
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Sun 28 Jan - 12:02 (2018)    Post subject: De Dragon Ball à Dragon Ball Super Reply with quote

Dragon Ball Super
Episode 125
Ifû Dôdô !
Hakaishin Toppo Kôrin !!
Quelle Prestance !
L'Avènement de Toppo le Dieu de la Destruction !!


"Inutile. La justice est inutile, dorénavant."




Dyspo a été mis hors-jeu, mais au prix du sacrifice de Son Gohan. Avec un ratio de deux contre un, l'équipe Univers 7 semble avoir gagné un avantage certain dans ce Tournoi de Puissance. Mais si Jiren a suffisamment prouvé qu'il était à
lui seul capable d'inverser la tendance, Toppo a également les ressources nécessaires pour s'imposer face à deux adversaires aussi puissants que C-17 et Freezer, et ainsi apporter la victoire à l'Univers 11.
Cependant, conscient de la force du mastodonte, C-17 table sur sa réserve d'énergie inépuisable pour jouer la montre et s'en maintenir au statu quo, à six minutes de la fin du tournoi, aidé de la perfidie de Freezer. Devant la ténacité de ses adversaires, l'indéfectible allié de Jiren et de la justice prend une décision étrange : il déclare avoir fait un choix, abandonnant la justice pour devenir un Dieu de la Destruction !



Pas de faux-fuyant ni d'artifice, Toppo est bel et bien devenu un Dieu de la Destruction ici. C'est même confirmé par les dieux présents, il dégage une énergie divine et possède même le pouvoir de la Destruction. Enfin, le Kaiôshin de l'Univers 11 affirme que Toppo est le successeur de Vermoud au titre de Dieu de la Destruction. Freezer en fait vite les frais, ainsi que l'arène du tournoi qui se fait détruire aussi facilement que le palais du Tout-Puissant lors du combat de Gotenks contre Buu. Une puissance telle que les attaques de ses ennemis ne l'atteignent pas. Comment vaincre un adversaire de cette trempe ?






C'est en gros la question que l'on se pose tout au long de cet épisode, et le Toppo défonce tellement son petit monde que c'est difficile d'imaginer qu'il puisse être vaincu en combat pur. Freezer reste fidèle à lui-même jusqu'au bout, ses bonnes manières et son élocution soutenue de façade s'envolant lorsqu'il se retrouve acculé et laissant parler sa rage dans une célèbre posture évoquant son combat contre Gokû sur Namek. Le contraste entre son pétage de plomb et le sang froid reptilien dont fait preuve C-17 jusqu'au bout apporte d'ailleurs beaucoup de saveur à cet épisode. Les deux combattants forment une équipe très originale et rafraîchissante dans la saga, un vrai plaisir de les suivre ici !



Et puis c'était un très bel épisode. Que ce soit au niveau de la mise en scène, de l'animation ou de la musique, tout était au service de la mise en avant de Toppo. Les cadrages lui donnent ainsi un ascendant, une domination physique et intimidante sur ses adversaires, la musique met l'accent sur le danger qu'il représente et l'animation accentue autant sa force brute que sa rapidité, comme lorsqu'il rejoint Freezer d'un battement de cil (avec une superbe utilisation des traits de vitesse) ou que le visage de ce dernier se déforme sous la douleur d'un coup de poing bien placé.



Pour faire simple, c'était un épisode efficace, brutal et haletant. Entre la technique de temporisation de C-17, les bravades et moqueries de Freezer, le côté "je balance toute la purée" de Toppo, mais aussi le combat de Jiren contre Gokû et Vegeta (qui nous a livré de bonnes prestations, loin du combat de couloir de l'épisode précédent), il y avait de quoi gober les mouches du début à la fin !

A suivre, bon sang de bois !!!
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Sun 4 Feb - 11:17 (2018)    Post subject: De Dragon Ball à Dragon Ball Super Reply with quote

Dragon Ball Super
Episode 126
Kami wo Mo Koero !
Vegeta Sutemi no Ichi Geki !!
Surpasser un Dieu !
L'Attaque Désespérée de Vegeta !!


"Tu n'es qu'un minable incapable de protéger sa propre fierté ! Je ne perdrai pas contre quelqu'un comme toi !"




Toppo a pris sa décision, afin de résister aux assauts combinés de C-17 et Freezer, il a abandonné son rôle de défenseur des opprimés au sein des Pride Troopers en acceptant de devenir le nouveau Dieu de la Destruction de l'Univers 11. En acquérant cette fonction, il se voit octroyer de nouveaux pouvoirs ainsi qu'une puissance décuplée lui permettant de dominer ses adversaires. Freezer, sur le point d'être expulsé de l'arène, est sauvé in extremis par C-17, mais reste diminué après l'assaut de Toppo sur sa personne. Quant au cyborg, sa réserve d'énergie illimitée ne lui est pas suffisante pour tenir tête à ce puissant colosse.
Ses deux adversaires sont sur le point d'être sortis du tournoi lorsque les retombées du combat de Jiren contre Gokû et Vegeta attirent son attention, le pressant ainsi à venir aider son coéquipier en affrontant le prince saiyen.



Passons tout de suite sur les défauts. La première partie n'est pas mirobolante techniquement. Et c'est devenu une constante dans DBS, il faut très souvent attendre la seconde partie de l'épisode pour qu'il se passe quelque chose. Si l'intention est compréhensible (contrairement à DB et DBZ, on n'essaie pas de ralentir l'intrigue principale par des histoires secondaires sur des personnages qui ne sont pas impliqués dans l'histoire en cours), la répétition presque systématique du procédé tend à lasser à la longue.
Ensuite, dans l'épisode précédent, Toppo avait détruit l'arène en plusieurs morceaux, changeant de ce fait la physionomie des combats. Or, ici on ne ressent presque jamais ce changement, et encore moins le risque d'être sorti au moindre faux pas (en dehors d'une expulsion volontaire évidemment), ce qui est vraiment dommage.



Maintenant, au-delà de cette déception somme toute légère, l'épisode reste néanmoins très attrayant dans l'ensemble. Malgré ses défauts, la première partie est parvenue à maintenir le suspense quant au destin de ses protagonistes. Jusqu'à l'entrée en scène de Vegeta, j'ai eu la boule au ventre sur l'issue du combat, tant Toppo paraît invincible et ses adversaires complètement dépassés. Je ne m'attendais pas à voir Freezer réapparaître aussi vite après son traitement dans l'épisode précédent, ce qui a ajouté plus d'angoisse à ce combat !

Et puis, la seconde partie met Vegeta au premier plan face à Toppo, légitimant ce duel par la réaction du saiyen à l'évolution du Pride Trooper ayant tout abandonné de ses convictions pour devenir aussi puissant. On peut ainsi constater le parcours du rival de Gokû (jusqu'à l'utilisation de son attaque finale renvoyant à une étape antérieure de son évolution), à travers le cheminement similaire en sens inverse de Toppo, créant un effet miroir. Si l'un a tout abandonné pour obtenir une telle puissance, l'autre l'a obtenue en ne rejetant rien. Et du coup, comme dans la première partie, boule au ventre jusqu'à confirmation du résultat. De bout en bout, cet épisode m'a accroché aux tripes.



S'il était techniquement moins bon que la semaine dernière, cet épisode 126 garde néanmoins intact le souffle épique de son prédécesseur, et propose tout de même de très belles scènes. Mais c'est surtout grâce à la confrontation des deux fortes personnalités marquées que sont celles de Vegeta et Toppo que se démarque le plus l'histoire cette semaine, l'antagonisme profond entre deux visions de la quête de pouvoir fonctionnant à fond les ballons !

A suivre !!!
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Sun 11 Feb - 12:30 (2018)    Post subject: De Dragon Ball à Dragon Ball Super Reply with quote

Dragon Ball Super
Episode 127
Semari Kuru Shôheki !
Kibô wo Takushita Saigo no Barrier !!
L'Obstacle se Rapproche !
Le Dernier Bouclier d'Energie confiant l'Espoir !!


"L'Univers 7 survivra."







L'Univers 11 ne compte désormais plus qu'un seul combattant pour le représenter au Tournoi de Puissance et espérer survivre, le puissant Jiren. Du côté de l'Univers 7, Vegeta, Freezer, C-17 et Gokû sont toujours présents sur l'arène, mais Vegeta vient de faire exploser son énergie pour expulser Toppo et Freezer ne répond plus présent à l'appel. Malgré la supériorité numérique, Jiren domine ses adversaires au propre comme au figuré, et décide de passer à la vitesse supérieure.






Cette semaine, y a du bon et du moins bon, à tous les niveaux même.
Techniquement, certaines scènes font plaisir à voir tandis que d'autres... je n'irais pas jusqu'à dire qu'on a eu droit ici au pire et au meilleur de ce que la série a à nous offrir, parce qu'il y a eu bien mieux et bien pire. C'était moyen, autant dans le bon que dans le pas bon. Et c'est vraiment dommage au vu de ce qui s'est passé.

Gros problème au niveau des histoires de réserves d'énergie, d'abord. Vegeta a fini l'épisode précédent en faisant exploser toute son énergie, au péril de sa vie, mais pourtant le voilà repartant au combat en Super Saiyen Blue, diminué certes, mais pas vidé de son énergie. Lorsque Gokû s'était retrouvé dans une situation similaire auparavant, Freezer lui a livré une partie de son énergie pour qu'il soit en état de combattre. Là, Vegeta nous la joue Saint Seiya, sans aide extérieure, ce qui est un non-sens dans l'univers de Dragon Ball.





Autrement, on daigne enfin nous en apprendre un peu plus sur Jiren, sur son passé et ce qui l'a amené à sa quête de puissance ainsi qu'à la raison de son absence d'émotion. Vermoud paraît moins pernicieux et calculateur qu'il ne le semblait jusqu'ici, et l'Univers 11 et les Pride Troopers en général gagnent en épaisseur à travers cette histoire, et c'est dommage d'avoir attendu aussi longtemps pour nous en faire profiter (mais le traitement dans cet épisode est justifié, c'est déjà ça).
Cela dit, malgré les révélations, l'épisode reste évasif sur la nature de ce qui motive Jiren à participer au Tournoi de Puissance. Rien n'est affirmé par Jiren ou Vermoud, nous ne faisons qu'entendre les hypothèses émises par C-17. Souhaiterait-il revenir dans le temps pour empêcher les meurtres ? Ou peut-être ressusciter ses compagnons et sa famille décédés ? Et a-t-il réussi à vaincre l'être responsable de ses malheurs ?

Et on en arrive à C-17 et son sacrifice. Et c'est là que je déplore encore une fois la réalisation pas du tout à la hauteur d'un tel évènement. C'est certainement la sortie la plus dramatique de l'arc jusqu'ici, et elle méritait bien plus d'égard au niveau technique. Cela dit, au niveau du scénario, cela reste plus qu'acceptable. C-17 a toujours de bonnes répliques et son comportement a été irréprochable jusqu'au bout, apportant à cette fin de tournoi un poids dramatique indéniable. Et on finit par comprendre pourquoi c'est dans le même épisode qu'on nous révèle un peu plus qui est Jiren. L'opposition entre un être organique qui a choisi de se comporter comme un robot en abandonnant toute émotion et un être en partie synthétique qui a choisi d'exprimer son humanité en dépit de son état était pertinente et réussie.





Bref, je suis partagé cette semaine. Autant de positif (C-17 et Jiren) que de négatif (Saint Vegeta, la réalisation souvent indigente). J'espère que l'épisode suivant sera à la hauteur de l'évènement qui conclue cet épisode-ci. Autant dans sa réalisation que son scénario, ce serait la moindre des choses.


A suivre.
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Sun 18 Feb - 12:44 (2018)    Post subject: De Dragon Ball à Dragon Ball Super Reply with quote

Dragon Ball Super
Episode 128
Kedakai Hokori Saigo Made !
Vegeta chiru !!
Noble Fierté, Jusqu'au Bout !
Vegeta Tombe !!


"Je n'ai pas tenu ma promesse. Je ne suis qu'un crétin."




Face à la puissance écrasante de Jiren, Vegeta, Gokû et Freezer n'ont pas réussi à imposer leur rythme. Quant à C-17, il est allé jusqu'à faire exploser son énergie pour empêcher le justicier de l'Univers 11 de mettre ses alliés hors-jeu, sacrifiant ainsi sa vie. Vegeta se relève alors et défie Jiren, en vain. Il parvient néanmoins à donner ce qui lui reste d'énergie à Son Gokû, qui parvient à se dresser de nouveau face à Jiren.



Avant de parler de cet épisode, je reviens un peu sur le précédent. J'avais un peu râlé la semaine dernière, principalement à cause du côté Saint Seiya donné à Vegeta, ainsi qu'à une réalisation en dents de scie. Ayant revu l'épisode, je reviens sur ce que j'ai dit, en tout cas en ce qui concerne la réalisation qui était tout de même d'un très bon niveau dans l'ensemble. Ce que je regrette surtout, c'est que la seconde partie de l'épisode n'ait pas mis suffisamment d'emphase sur le sacrifice de C-17, notamment au niveau des réactions et de la mise en scène. Par contre, en ce qui concerne Vegeta, mon avis reste le même. Heureusement, cet épisode rétablit les choses dans un style "Dragon Ballesque" ! Vegeta n'a même plus assez de forces pour se transformer en super saiyen, ce qui relativise grandement la situation de la semaine dernière, et prouve qu'on ne juge pas un arc sur un épisode ou deux, mais sur son ensemble.


Un bon point en plus, c'est aussi le fait que le titre de cette semaine, qui semblait trop en dire sur les évènements de l'épisode (rappelant d'ailleurs ce qui se faisait à l'époque de DB ou DBZ, soit dit en passant), ne fait en fait que révèler la première partie. Alors oui, pas de grosse surprise, Vegeta était bel et bien à bout, son combat contre Toppo l'a mis à plat, et le second souffle qu'il montrait la semaine dernière à fait long feu (heureusement, encore une fois). Cela dit, sa sortie ne laisse pas indifférent, et on ressent bien toute sa frustration, mais également une évolution du personnage.
Il savait parfaitement qu'il n'était pas de taille contre Jiren dans son état actuel, même à pleine puissance, mais il a continué de l'attaquer non pas par fierté (bon y en avait quand même un peu... Vegeta, c'est Vegeta) mais pour permettre au temps de jouer contre Jiren (le temps, une donnée pas suffisamment palpable dans ce tournoi, malheureusement, il faut le reconnaître). Vegeta a oeuvré pour l'équipe avant tout, tout en regrettant de ne pas avoir pu tenir jusqu'au bout, pensant à Cabbe et à Bulma, Trunks et Bra.

En parlant de Bulma, j'allais donner mon avis sur la nouvelle comédienne, Aya Hisakawa, qui remplace la regrettée Hiromi Tsuru, et dont je pensais qu'elle faisait ses débuts dans cet épisode. En fait, il semble que Hiromi ait enregistré ses dialogues jusqu'à cet épisode 128, ou peut-être qu'il s'agit de sample réutilisés, les trois-quarts de ses répliques ici venant de flashback. Selon Anime News Network, Hisakawa devrait commencer à partir du prochain épisode (si jamais Bulma réapparaît d'ici là). Honnêtement, je ne sais pas si c'était bien Hiromi ou Aya, parce que j'ai entendu la voix de la comédienne remplaçante (une vétéran du doublage également), et elle fait du très bon boulot en reprenant le timbre de la comédienne décédée. Bref, retour à l'épisode.



Les évènements se précipitent dès la seconde partie, et Vegeta sort de l'arène presque comme un prince (j'assume), passant le relais à Gokû en lui transmettant son énergie restante. Le combat reste à l'avantage de Jiren, mais peu à peu, les différences d'idéologie entre les deux combattants sont mises en lumière. Alors, certes le déroulement était prévisible, mais c'est là que la mise en scène fait le boulot. Ne nous leurrons pas, la saga Dragon Ball n'a jamais été reconnue pour la complexité de ses rebondissements. Ce n'est pas une critique, c'est un fait, l'oeuvre de Toriyama est simple d'accès (et très agréable à suivre). On vient pour le spectaculaire, on s'attache aux personnages et alors on reste pour l'aventure, l'évolution et les rebondissements. Et c'est encore démontré ici. Oui, je l'affirme, j'ai eu la chair de poule lorsque, roulements de tambour, Gokû s'est de nouveau éveillé au Migatte no Gokui, mais en maîtrisant cette fois l'aspect offensif et portant à Jiren un coup qui l'a clairement atteint. Bonne introduction aux évènements à suivre !



Pas mauvaise dans la première partie, la réalisation passe cependant au cap supérieur dans la seconde partie, avec des cadrages sublimes, une animation au poil et une mise en scène globalement de haute volée. La musique participe également pour beaucoup au hérissage de poil. Qui l'eût cru, aux débuts de la série ? Lorsque Vegeta se relève, ou lorsque Gokû s'éveille, c'était adrénalinesque !! Et le prochain épisode semble parti pour te multiplier tout ça par 50, minimum !


A suivre !!!
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Fri 2 Mar - 11:54 (2018)    Post subject: De Dragon Ball à Dragon Ball Super Reply with quote

Ce jeudi 2 mars 2018 marque les trente ans de la première diffusion en France de Dragon Ball dans le Club Dorothée !
A cette occasion, je reviens sur un épisode qui me tient beaucoup à coeur et que j'ai déjà évoqué dans le topic "Une Perle dans un Lamellibranche". Pour le coup, j'ai quelque peu modifié le texte et rajouté quelques lignes !



Dragon Ball
Episode 122
Saigo no Kake !!
Le dernier pari !!


- Aucun être humain ne peut tenir tête au grand Piccolo !
- Moi, j'ai une queue. Peut-être que je ne suis pas un humain.





Cet épisode revêt une importance particulière à mes yeux, une importance sentimentale.
C'est l'épisode qui m'a fait aimer Dragon Ball passionnément, c'est l'épisode qui m'a fait prendre conscience des richesses et du caractère unique de la japanimation, et c'est cet épisode qui a scellé définitivement l'amour que je porte à ce qui aujourd'hui encore me fait vibrer.
J'ai beaucoup d'amour pour la version française, avec Philippe Ariotti et Brigitte Lecordier qui livrent ici un travail remarquable, et ce malgré les problèmes d'adaptation habituels des séries japonaises dans les années 80 / 90. Cependant, je vais baser cette revue sur la version originale, histoire de rester le plus proche du texte original.



L'ignoble Piccolo Daimaô a fait assassiner Krilin, il a tué Chiaotzu et est responsable de la mort de Kame sennin. Et pour bien marquer le coup, une fois son souhait de jeunesse exaucé, il tue Shen Long lui-même...
A l'époque, ce n'était pas courant de voir ainsi mourir les amis du héros l'un après l'autre, et c'était une première dans Dragon Ball, le meurtre de Krilin m'avait vraiment choqué. Et aucun moyen de les ressusciter, Toriyama avait le chic pour nous retirer tout espoir de voir la situation s'améliorer, Son Gokû s'étant pris une sévère correction par le vieux Piccolo d'alors. Que faire alors contre un Piccolo rajeuni ?
Entre en scène un de mes personnages préférés, Yajirobe ! Je rends ici hommage, une fois de plus, à Philippe Ariotti qui rend à la perfection le côté dilettante mais débonnaire !

Yajirobe est un vrai héros à la sauce Toriyama, comme l'atteste cette réplique mémorable. Venu assister au combat final entre Gokû et Piccolo, il s'arrête devant le cratère causé par Piccolo: "Si c'est comme ça à chaque fois, j'aurai besoin de plusieurs vies." Visionnaire, l'ami Yaji ?



Tous les autres boss que Son Gokû affrontera plus tard (Freezer, Cell, Bou) représentent un enjeu global. Piccolo est un enjeu personnel pour Son. Il est l'extrême opposé de Son Gokû, sa Némésis absolue, le Boss final rêvé pour notre héros. Il représente le dernier obstacle à franchir dans l'évolution de Gokû, la face obscure du héros puissant, un miroir déformant, le potentat.



Piccolo: - Tu es un monstre !
Gokû: - Je te retourne le compliment.




Gokû et Piccolo sont de parfaits antagonistes, en ce sens qu'ils sont opposés aussi bien physiquement que moralement, ils représentent les deux côtés d'une même pièce, chacun opposé de l'autre. Son Gokû est petit, innocent, naïf, entier, il agit sans calcul, souvent pour ses amis.
Piccolo Daimaô est grand, purement maléfique, à la recherche du pouvoir, de la destruction, machiavélique, il ne fait pas grand cas de ses serviteurs.
Opposés certes, mais liés sous certains aspects. Ils sont ainsi aussi forts l'un que l'autre (c'est d'ailleurs à ce sujet le combat le plus équilibré de toute l'histoire de la saga) et leur origine est incertaine, à ce moment de l'histoire. C'est l'une des forces du récit de Toriyama, ne jamais s'appesantir sur les détails dans l'arrière-plan, aussi bien graphiquement que pour le contexte, et pourtant parvenir à laisser l'histoire se raconter à travers la mise en scène, le chara-design et les intentions.
Bref, c'est en domptant son côté bestial, sa force obscure, que Gokû surpasse Piccolo, le Démon qui, de son côté, laisse libre cours au "ça".


Une fois Piccolo vaincu, Gokû crie: "J'ai gagné !", il se réalise, il devient alors un héros. Il a surpassé le potentat en devenant le héros anonyme du peuple.

Belle métaphore, quand il revient auprès de ses amis trois ans plus tard, il a pris un aspect plus adulte, comme le souligne alors Bulma, à la fin de la partie DB : "Son était un si petit garçon... et maintenant, il a l'air plus grand qu'une montagne."
Mais que faire de votre héros une fois qu'il est parvenu à se réaliser ? Il ne lui reste plus qu'à remporter le Tenkaichi Budôkai, parfait final pour une série ! Et après, revenez sur ses origines, succès garanti ! Very Happy



Je ne devais pas encore avoir dix ans lorsque cet épisode fut diffusé pour la première fois en France, mais je savais déjà que Dragon Ball, par la façon dont cette série m'a demandé de m'investir, de la suivre, de vibrer, d'avoir peur et de rire à ses côtés, aurait une place importante dans ma vie. Presque trente ans après, ça se vérifie, et pas seulement pour moi.
Joyeux Anniversaire Dragon Ball !!
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko


Last edited by Fëanor Curufinwë on Mon 5 Mar - 12:06 (2018); edited 1 time in total
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Sun 4 Mar - 14:28 (2018)    Post subject: De Dragon Ball à Dragon Ball Super Reply with quote

Dragon Ball Super
Episode 129
Genkai Chôzetsu Toppa !
Migatte no Gokui Kiwamaru !!
Les Limites ont été Transcendées !
L'Ultra Instinct Maîtrisé !!


"Au cours de ce Tournoi de la Puissance et de sa durée limitée, nous les saiyens avons brisé nos limites encore et encore. Et vous l'avez vu."




Vegeta sorti de l'arène et Freezer ayant disparu, Gokû se retrouve en duel contre Jiren. Si le soutien énergétique de Vegeta lui a permis de se relever, ce ne fut pas suffisant pour tenir tête à son adversaire. Mais au bord du gouffre, le dernier saiyen du Tournoi de Puissance a su trouver en lui les ressources nécessaires pour s'éveiller au Migatte no Gokui et répondre du tac au tac à Jiren en lui assénant un coup qui a visiblement eu un certain effet.
Mais une fois l'effet de surprise passé, le justicier aux grands yeux ne laisse plus rien l'atteindre. Vegeta parvient néanmoins à effacer le sourire du visage de Vermoud en lui assurant que les saiyens sont capables de bien des prouesses dès lors qu'il s'agit de combattre, et ce quel que soit l'Univers d'où ils viennent. Et Gokû ne tarde pas à en faire la démonstration.



On est à trois épisodes de la fin de Dragon Ball Super et forcément la sauce monte à son paroxysme ! Le duel est intense, et si nos deux adversaires n'ont pas grand-chose à dire, dans les tribunes c'est une autre histoire. D'une manière générale, il y a de très bons commentaires dans cet épisode, et les réflexions cliché sont quant à elles vite balayées. Ainsi, Vegeta fait "chut !" à un Vermoud trop confiant et ce moment est déjà une bonne source de satisfaction en lui-même ! Après, c'est Beerus qui calme Krilin et compagnie alors en PLS devant la posture dominante de Jiren sur Gokû, et franchement ce "fermez-la et regardez" m'a fait autant plaisir que le précédent. Tout comme ce passage étonnamment solennel, et donc fichtrement réussi, où tous les Dieux de la Destruction restants se lèvent lorsque ce qui doit arriver arrive. Oui, le Migatte no Gokui au niveau Maître, pour ainsi dire !

Et heureusement que les dialogues sont bons ici parce que niveau réalisation, dans les tribunes, c'est un peu la foire aux plans fixes ou à l'animation très limitée, le tout réutilisé à quelques reprises, avec un chara-design moyen les trois-quarts du temps. Mais peu importe, parce que côté arène, ou du moins ce qu'il en reste, c'est un vrai feu d'artifice, comme disent les Zenô !



Sérieusement, j'ai fait une bonne douzaine de captures d'écran de Gokû et / ou Jiren dans des poses classe pour illustrer cette revue et je vous assure que c'était duraille de faire le tri pour n'en garder que cinq. La mise en scène et l'animation font honneur à la beauté esthétique de l'ensemble, donnant à ces scènes où le temps s'est ralenti une impression de puissance sans bornes. Tout au plus on peut chipoter sur la reprise de séquences de l'Opening ou de la réutilisation d'animations à la première personne à deux ou trois reprises, mais ça reviendrait à cracher dans cette soupe aux ingrédients fort goûteux. Et une métaphore culinaire de placée, une.



C'est définitivement l'épisode de la fête aux poses classe. Je vous le dis, vous allez changer les fonds d'écran de vos ordinateurs / consoles, et ils vous en remercieront ! Et il faut le signaler quand même, mais le véritable combat ne commence pas avant le prochain épisode. Mais pourtant il n'y a rien de frustrant ici, impossible de se sentir lésé, c'est aussi jouissif visuellement qu'au niveau narratif. Mais ce qui est horrible, c'est de se dire qu'il va encore falloir attendre deux semaines pour assister à la suite ! Gokû et Jiren livrent un combat bien équilibré et ne se battent plus que pour eux-mêmes. Ils ont oublié l'enjeu et c'est ce qui rend ce combat encore plus passionnant !

A suivre, dites donc !!
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Tue 13 Mar - 02:59 (2018)    Post subject: De Dragon Ball à Dragon Ball Super Reply with quote

Une annonce, une date, une première image, un (long) mot de Toriyama sensei et beaucoup de nouvelles concernant le prochain film Dragon Ball, qui sera officiellement un film Dragon Ball Super (et a fortiori la suite directe de la série), forcément ça m'empêche de dormir ! Very Happy Very Happy Very Happy

https://twitter.com/ToeiAnimation/status/973336354447802368
C'est donc le 14 décembre que sortira le 20ème film de la licence au Japon, et pour les détails, je laisse l'équipe de DBTimes s'en charger, y a du lourd !


Le site du film (sur lequel se trouve également le message de Toriyama en japonais et anglais)
http://www.dbmovie-20th.com/

Edith : Soit dit en passant, une interview du staff de la série est disponible sur DBUltimate.com !
http://www.dragonball-ultimate.com/news/le-staff-de-dragon-ball-super-parle…
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Sun 18 Mar - 12:34 (2018)    Post subject: De Dragon Ball à Dragon Ball Super Reply with quote

Dragon Ball Super
Episode 130
Kûzen Zetsugo no Chô Kessen !
Kyûkyoku no Survival Battle !!
Le Plus Grand Duel Final de Tous les Temps !
L'Ultime Combat pour la Survie !!


"Le vrai combat commence maintenant, Jiren"




Toujours debout face à Jiren, Gokû s'éveille de nouveau au Migatte no Gokui, mais le guerrier de l'Univers 11 n'est pas à cours d'atouts et déploie toute sa puissance. Si les deux adversaires rivalisent en force et technique, Gokû prend peu à peu l'avantage pour finalement atteindre un état d'éveil total au combat instinctif, au grand ébahissement de toute l'audience divine. Alors que le combat prend un nouveau tournant et que le Tournoi de Puissance arrive à son terme, Jiren refuse de s'avouer vaincu. Sa hargne et les convictions acquises lors de la perte de ses famille et camarades réveillent en lui une force implacable très proche de celle de Son Gokû.




Pfiou. Va commenter cet épisode maintenant.
C'était évident, le combat entre ces deux mastodontes devait forcément se terminer en un duel de convictions. Jiren est devenu le plus fort en abandonnant tout sentiment d'attachement et de camaraderie, après avoir connu toutes ces pertes, tandis que Gokû est devenu le plus fort en cultivant ces émotions, en créant des liens. Alors que la première partie de cet épisode nous montre une baston spectaculaire, la seconde finit par opposer ces convictions, et aucun des deux adversaires ne veut les abandonner. Ce qui donne lieu à quelques scènes très fortes en émotion, en plein climax, et c'est incontestablement le point d'orgue de cet arc.

On ressent ici pleinement leur détermination, mais aussi l'oppression que représente la possibilité de la défaite dans ce combat, dans ce tournoi. Une oppression qui va jusqu'à amener Jiren à s'en prendre au public du tournoi afin de montrer à Gokû à quel point ses convictions reposent sur quelque chose de fragile et d'absurde. Ce n'est d'ailleurs pas un combat où l'un des deux parviendra à faire comprendre à l'autre qu'il était dans l'erreur, chacun étant arrivé à ce stade grâce à ses capacités et sa volonté, et rivalisant d'un entêtement sans bornes. Et pourtant, à aucun moment Jiren n'endosse le rôle du méchant, quand bien même ses croyances l'amènent à faire un geste horrible. C'est la démonstration parfaite que les deux antagonistes sont traités ici sur un pied d'égalité, même si le spectateur soutient à fond Gokû.




Combat physique, combat de convictions, ça suffirait déjà beaucoup à remplir un épisode de haute qualité tel que celui-ci, mais ce n'est de toute évidence même pas encore suffisant pour cette fois-ci. Il y a évidemment les coups de théâtre qui se doivent de venir épicer un peu tout ce décorum. S'il y en a bien un auquel tout le monde s'attendait, c'est loin d'être le seul !

Loin d'être un combat à sens unique, le duel Gokû / Jiren comporte son lot de surprise, comme celle citée plus haut... mais la dernière de l'épisode, je dois dire qu'elle a été finement jouée ! Au premier abord, on pourrait la trouver un peu tirée par les cheveux, mais ce genre de rebondissement est plutôt bien amené quand il se joue des attentes du spectateur, aux dépens de qui on s'est amusé pendant plusieurs épisodes en attirant sciemment son regard dans une direction, le laissant croire ce qu'il voulait pour mieux le surprendre au moment de la révélation qu'il voyait pertinemment venir à des kilomètres, en lui en amenant une autre bien plus étonnante ! Il est possible que cela ne plaise pas à tout le monde, mais si j'attends une explication plus détaillée dans le dernier épisode, je ne peux pas non plus cacher ma grande joie à la découverte de ce retournement de situation ! Bien joué la Toei, bien joué !!




Un ravissement pour les yeux, un ravissement pour le cigare, un ravissement pour le palpitant (toutes ces émotions), cet épisode est un régal du début à la fin. Le combat était intense, soutenu par des dialogues, des rebondissements, une BO, une réalisation et une animation au top. Le dernier épisode va être terrible à voir, rien qu'à l'idée qu'il marquera la fin de la série... avant la suite au cinéma à la fin de l'année...

A suivre... une dernière fois... ou presque ?
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Tue 20 Mar - 01:46 (2018)    Post subject: De Dragon Ball à Dragon Ball Super Reply with quote

Va chercher d'autres séries animées qui font sortir autant de monde ! Very Happy



_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Tue 20 Mar - 22:34 (2018)    Post subject: De Dragon Ball à Dragon Ball Super Reply with quote


Première aguiche pour le film de fin 2018 !!
J'aime beaucoup l'animation ! Et puis il y a un léger plan sur les yeux de Gokû qui font penser au Migatte no Gokui, dans une forme alternative, ou simplement pour montrer qu'il maîtrise la chose ?
Plus qu'à attendre ! Very Happy Very Happy Very Happy
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Sun 25 Mar - 14:27 (2018)    Post subject: De Dragon Ball à Dragon Ball Super Reply with quote

Dragon Ball Super
Episode 131
Kiseki no Kecchyaku !
Saraba Gokû ! Mata Au Hi Made !!
Conclusion Miraculeuse !
Adieu Gokû ! Un Jour on se Retrouvera !!


"Jiren. Merci."




"Attention chérie, ça va sépaleurer !"




Maîtrisant parfaitement le Migatte no Gokui, Son Gokû a imposé son rythme et sa force à Jiren. Mais alors qu'il s'apprêtait à le sortir de l'arène et ainsi remporter le tournoi de Puissance, son corps subit le contrecoups de son état quasi divin et s'étale à terre face à son adversaire. Surpris autant que dépité par ce retournement de situation, Jiren saisit sa chance, à regret. Mais au dernier moment Gokû est sauvé par l'intervention d'un allié resté en retrait jusqu'ici. Il ne reste plus beaucoup de temps, et rien n'est encore joué.




A noter, pour l'anecdote, que la seconde partie du titre de l'épisode (Saraba Gokû ! Mata Au Hi Made !!) est la reprise mot pour mot du titre du dernier épisode de Dragon Ball GT.
Dernier épisode de la série, on y est ! Peu de spectateurs auront pu prévoir le coup de théâtre de la semaine dernière, cerise sur le gâteau d'un épisode réussi à tous les niveaux. Une fois le climax passé, la conclusion est-elle à la hauteur ?
Heee... bah... disons que c'est pas la fin choquante que l'épisode nous promet dans ses premières secondes. On est clairement dans une ambiance de fin de série plutôt que de fin d'arc, et si on nous promet quelques bonnes choses du côté de Freezer, ici pas de cliffhanger pour autant, mais une conclusion avec des "adieux" en bonne et due forme. Voilà pour moi la seule déception de cet épisode.

Le vœu exaucé n'est pas surprenant eu égard à celui qui l'a formulé. Ce qui est étonnant c'est le retournement de situation concernant les Zenô qui l'accordent, mais leur intention ayant été dévoilée concernant la probabilité où un souhait égoïste eût été exprimé, on va dire que ça passe. La vraie surprise étant l'identité de celui qui choisit le vœu, vu celui auquel tout le monde s'attendait. Mais évidemment, ça part encore une fois de l'idée qu'il s'agit là d'un épisode de fin de série, pas de fin d'un arc. Donc, fin heureuse, pas de cliffhanger. Ce qui en ressort, c'est qu'il ne faut pas oublier que Dragon Ball est fondamentalement une oeuvre non complexe dans son essence. Et Dragon Ball Super entretient ce fait, et a prouvé que ce genre d'oeuvre a encore sa place dans le paysage actuel.



Passée la déception de cette fin, s'agit-il vraiment d'un retour en arrière par rapport aux enjeux de cet arc ? Est-ce que ça annule tout l'intérêt de ce Tournoi de Puissance ? Dans les deux cas je dirais non. D'abord, des liens se sont créés au cours de ces combats, et cela aurait vraiment été un gâchis considérable que de laisser tous ces univers effacés, à l'abandon alors que c'est tout un pan de la mythologie de Dragon Ball qui s'est ouvert grâce à DBS, avec le potentiel d'histoires que leur existence implique. Parce que c'est sûr et certain, la suite de DBS existera, et pas seulement au cinéma. Le manga continue, et une série TV l'année prochaine, c'est loin d'être une utopie.



Avant de conclure, un mot sur la fin du tournoi et ce combat dantesque dans la première partie, qui nous sert un final avec le duo Freezer / Gokû contre Jiren de toute beauté, réalisé par Yuya Takahashi qui livre toute la mesure de son talent dans ce dernier épisode, épique jusqu'au dernier coup, et mené tambour battant par la voix hurlante de Akira Kushida et son Kyûkyoku no Battle chanté, s'il vous plaît ! Les dernières secondes de ce combat sont à couper le souffle, autant par l'enchaînement de coups portés que par la combinaison formée par les deux ennemis jurés, une alliance, ou plutôt une entente cordiale contre nature basée sur les promesses des deux hommes. J'ai bien sûr sciemment omis de parler d'un autre aspect de ce combat final, histoire de laisser à l'intrépide lecteur de cette revue n'ayant pas encore vu les derniers épisodes, et pourtant pas effrayé par l'avertissement rouge en début de texte, l'effet de surprise au visionnage desdits épisodes ! C'est cadeau. Mais sachez que cet aspect vaut lui aussi largement son lot de cacahuètes et qu'il justifie son existence par la nature du vœu final, et le dernier piège tendu par les Zenô et le Grand Prêtre !



M'enfin voilà, c'est fini ! Pour cette année ! Dragon Ball Super a connu des hauts et des bas tout au long de ces 131 épisodes, du bon et du mauvais. Mais dans l'ensemble, j'en suis extrêmement satisfait. Techniquement, la série a monté son niveau de plusieurs crans, jusqu'à nous livrer des épisodes exceptionnels qui font partie des plus beaux de toute la saga, en nous révélant au passage quelques nouveaux talents dans l'animation, et le 130 en est le pinacle. La musique au départ insipide et passe-partout a peu à peu trouvé ses marques, jusqu'à livrer des morceaux inoubliables. Et les deux OP de la série sont une réussite à tous les niveaux. Quant aux histoires, si les deux premiers arcs se contentaient d'adapter les deux derniers films avec plus ou moins de réussite, les arcs suivants ont su créer la surprise et l'engouement, avec des personnages mémorables (parmi lesquels se trouvent Hit, Zamasu, Jiren ou encore Zenô). Et surtout, surtout, comme je l'ai déjà dit plus haut, c'est tout un nouveau pan de la mythologie Dragon Ballienne qui s'est ouvert grâce à Dragon Ball Super, un contexte solide et pérenne qui ancre la saga dans le nouveau millénaire avec brio.

En ce qui me concerne, j'ai passé bien plus de moments agréables que désagréables, j'ai vibré à de nombreuses reprises, j'ai retrouvé la même passion que celle ressentie à l'époque de Dragon Ball et Dragon Ball Z, quand on ignorait alors quel serait le destin des personnages, quels seraient les rebondissements, les coups de théâtre et autre évolutions de puissance. Cette impatience à chaque semaine, cette hâte de voir la suite, ce plaisir de la découverte, le souffle coupé, et toutes ces sortes de choses qui te font battre le cœur plus que de raison ! La Passion.




Pour tout ça, Merci Dragon ball Super ! A suivre !!
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Fëanor Curufinwë


Offline

Joined: 23 Nov 2014
Posts: 946
Localisation: le Kobayashi-maru
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Point(s): 1
Moyenne de points: 0.00

PostPosted: Mon 2 Jul - 21:15 (2018)    Post subject: De Dragon Ball à Dragon Ball Super Reply with quote

Hier, le premier épisode de Super Dragon Ball Heroes a été diffusé ! Et il n'a duré que sept minutes et des poussières.
le titre :
Gokû Vs Gokû !
Kangoku Wakusei de Chôzetsu Battle Kaimaku !
Gokû contre Gokû !
Le Grand Combat Commence sur les Planètes-Prisons !







Alors que Gokû et Vegeta s'entraînent sur la planète de Beerus auprès de Whis (Beerus fait sa sieste), Mai du futur débarque pour les prévenir qu'elle n'arrive pas à trouver Trunks (du futur) qui aurait dû rejoindre son père et Gokû. Apparaît alors un dénommé Fu autoproclamé ami de Trunks, qui leur révèle que celui-ci se trouve sur les planètes-prisons.
Sur place, un autre Gokû rencontre notre groupe, se transforme en Super Saiyen 4 et attaque Gokû. Le combattant espérait en fait que le choc de leur Kamehameha briserait l'énergie les empêchant de quitter la planète sur laquelle ils se trouvent, mais en vain. Cet autre Gokû explique alors qu'il est un patrouilleur du temps venu d'une autre dimension et dont la mission est de capturer les malfaiteurs qui voyagent à travers le temps et les dimensions.

Fu choisit ce moment pour annoncer qu'il est en fait le créateur des planètes-prisons, et qu'il recherche de puissants combattants à travers les dimensions pour qu'ils s'affrontent les uns contre les autres. Quand Vegeta lui demande où se trouve Trunks, Fu lui dit qu'il n'a qu'à chercher, mais pour qu'ils puissent s'échapper des planètes-prisons, ils devront s'emparer de sept Dragon Ball, toutes entre les mains de puissants combattants, dont l'autre Gokû.
Au même moment, Trunks se réveille dans une ville, et Cooler lui réclame sa Dragon Ball.

Alors, que j'me suis dit, un épisode prologue de sept-huit minutes... t'en parles ou t'attends d'avoir vu tout le bousin ? Parce qu'en fait, une fois le résumé passé, y a pas grand-chose à dire... Un combat Gokû / Gokû vite expédié et même pas transcendant (au temps pour le "Chôzetsu" du titre), une rapide évaluation de la situation (on ne sait rien du tout sur le Gokû SS4, en-dehors de sa mission de patrouilleur du temps) et une intrigue qui se résume à "trouvez les Dragon Ball, bastonnez-vous et tout ira bien".

Deux grosses conneries tout de même :
- Gokû se téléporte sur une planète, sans avoir ressenti l'énergie de qui que ce soit, ce qui est impossible, mais apparemment, on emmerde la logique. C'est pas parce qu'il y a deux Gokû qu'il faut se croire tout permis, les gars.
- Ensuite, tu as Mai puis Fu qui sortent de nulle part et se trouvent chez Beerus, tranquille pépère. -_-

Quant à "l'épisode" en lui-même, j'ai eu l'impression de voir les premières minutes d'un des films DBZ des années 90, qui vont direct à l'essentiel parce qu'ils ne durent que trois quarts d'heure en moyenne. Donc, j'attends de voir tout le truc, parce que pour le moment, y a vraiment pas grand-chose à dire, en dehors de ces gros doigts d'honneur à la cohérence de l'univers.

A suivre...
_________________
"Demons Run when a Good Man goes to War"

====

"le flood n'est pas un style" Cool

Akiko
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    MANGA COMICS CITY Forum Index -> MANGA COMICS CITY -> Anime & Animation All times are GMT + 1 Hour
Goto page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Page 5 of 6

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group